Afrique du Sud : la lutte contre la xénophobie se durcit

Le gouvernement sud-africain a créé, ce mardi, une commission spéciale chargée d’endiguer les violences à l’encontre des étrangers dans plusieurs régions du pays.

Les étrangers en Afrique du Sud sont fréquemment victimes d’attaques, particulièrement les commerçants qui subissent des agressions. Afin de lutter contre ce phénomène, le gouvernement a mis en place, dès ce mardi, une commission spéciale chargée d’enrayer les violences à l’encontre des étrangers.

Cette commission va être composée de responsables des ministères de l’Intérieur, de la Police et de la Sécurité de l’Etat, selon le ministre de la Police, Nathi Nhleko, lors d’une visite dans plusieurs faubourgs ayant subi des violences à l’encontre des étrangers. La mise en place de cette commission intervient au lendemain de la mort d’un enfant de 14 ans, abattu par balle à Ntuzuma, un faubourg près de la ville de Durban. Pour le moment, la police ignore si ce meurtre était lié aux violences xénophobes qui ont sévi dans cette région.

D’après les chiffres officiels, plus de 100 boutiques détenues par des étrangers ont été incendiées, et des milliers d’étrangers ont été déplacés par ces violences. Ces étrangers sont hébergés dans trois camps spéciaux de la zone de la ville de Durban. Près de 50 suspects ont été arrêtés depuis samedi.

La Commission sud-africaine des droits de l’Homme (HRC) a condamné les attaques contre les étrangers et a dépêché une mission d’enquête dans les zones frappées par les violences xénophobes.