Actes islamophobes : hausse de 47% en France !

Le Collectif contre l’islamophobie en France a affirmé, jeudi, avoir enregistré une augmentation de 47,33% d’actes islamophobes en 2013.

2013 est l’année noire de l’islamophobie en France. Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a annoncé, ce jeudi 19 juin dans un communiqué, avoir enregistré 691 actes islamophobes en 2013, soit 47,33% de plus que l’année précédente. De son côté, l’Observatoire national contre l’islamophobie, sous la tutelle du Conseil français du culte musulman (CFCM), a fait état d’une augmentation de 11,3% : 62 actions et 164 menaces. Une large différence qui se traduit tout particulièrement par le fait que cet organe ne prend en compte que les plaintes déposées.

Le CCIF, association indépendante, a une définition plus large de l’islamophobie qui regroupe, selon lui, « l’ensemble des actes de discrimination ou de violence contre des institutions ou des individus en raison de leur appartenance, réelle ou supposée, à l’islam », tous n’ayant pas fait l’objet d’un dépôt de plainte.

Parmi les 691 actes recensés en 2013 par le CCIF, 640 visaient des individus (discriminations à l’embauche pour port du voile, agressions verbales ou physiques, incitations à la haine…) et 51 ciblant des institutions (tags, dégradations de mosquées…). Avec 27 agressions physiques, le CCIF note dans son rapport un « passage à l’acte violent, en proportion, beaucoup plus fréquent » que par le passé.

Sur l’année 2012, le CCIF avait recensé 469 actes, envers des institutions ou individus, contre 298 en 2011 et 188 en 2010, soit une augmentation de 57,4%.

« Sale p*** (…) Je les crame tes enfants »

L’un des derniers témoignages reçus par le CCIF, jeudi 5 juin, est surprenant, d’autant plus qu’aucun média français n’a révélé l’affaire. La scène se déroule à Muret, près de Toulouse. Une femme, accompagnée de ses deux enfants âgés de 21 mois et de 6 ans, avaient manqué de se faire renverser par une voiture qui arrivait à toute allure. « J’ai rapidement reculé pour me mettre au bord du trottoir et je lui ai dit gentiment de rouler doucement car il y avait des enfants et là il m’a répondu : « Je roule pas vite qu’est-ce que tu as sale arabe ! » », témoigne la jeune femme qui porte un hijab. C’est alors que « j’ai compris l’amalgame dans son esprit, ses préjugés et son racisme. Je lui ai répondu tout simplement que j’étais française tout autant que lui, et que je m’étais convertie à l’Islam », poursuit-elle.

Les propos de cette convertie auraient rendu « fou de rage » le conducteur qui s’est alors mis à l’insulter : « sale p**** », avant d’affirmer que « c’était à cause de nous les convertis qu’il y avait des problèmes ». La jeune femme lui a demandé de cesser de tenir de tels propos devant des enfants, ce à quoi l’individu aurait répondu : « Qu’est-ce que t’as ? Je m’en fous de tes enfants c’est que des sales races, des sales arabes ! Je les crame moi tes enfants ! ». Le plus grave, c’est que cet homme aurait sorti un pistolet et l’aurait pointé en direction de la jeune femme et de ses enfants en criant : « Je vais vous tuer ! »

Ce témoignage, qui rappelle celui de cette femme enceinte agressée par un islamophobe, n’a étrangement jamais été relayé par les médias mainstream, comme de nombreux autres d »ailleurs. Les chiffres dévoilés par le CCIF révèlent à quel point l’islamophobie gagne du terrain chaque année en France.