Accusés d’avoir endommagé la kora de Ballaké Sissoko : les Etats-Unis démentent

Ballaké Sissoko

Il y a quelques jours, le célèbre artiste d’origine malienne, Ballaké Sissoko, avait accusé, dans un post sur sa page Facebook, les services de sécurité et de transports américains (TSA) d’avoir endommagé son instrument de musique au cours d’un contrôle après sa récente tournée sur le territoire américain. La réaction des autorités de la TSA ne s’est pas faite attendre.

Face aux accusations du musicien malien, les responsables des services de sécurité et de transports américains sont sortis de leur mutisme. Dans un communiqué, ils expliquent qu’ils avaient passé au scanner l’étui de la kora, mais ne l’ont ouvert à aucun moment. Tout en regrettant le dommage qu’a subi l’instrument de musique, ils nient toute implication dans l’incident décrié par l’artiste malien.

Un communiqué que la manager du musicien, Corinne Serres, considère comme étant mensonger. En effet, à son retour à Paris après sa récente tournée américaine, Ballaké Sissoko avait déclaré que sa kora avait été retrouvée démontée. Il dit aussi avoir retrouvé un bout de papier des services des douanes qui expliquait que l’étui de sa kora avait été contrôlé. Mais pour se défendre, les Américains ont déclaré que des milliers d’exemplaires dudit papier avaient été distribués sous-entendant ainsi que quiconque ayant eu accès aux bagages du musicien auraient pu l’y glisser.

Il est à souligner que Ballaké Sissoko n’est pas le seul artiste qui a eu à se plaindre de la TSA. En effet, d’autres célébrités avaient également accusé, par le passé, le service d’avoir abimé leurs instruments de musique. C’est le cas avec Krystian Zimerman, un artiste polonais qui l’avait accusé d’avoir complètement détruit son piano ou encore le violoncelliste allemand Alban Gerhardt, dont le violon avait subi des dégâts.

La kora du Malien est un chef-d’œuvre fabriqué sur mesure conformément à la tradition mandingue. Ballaké avait déboursé plus de cinq mille euros pour s’offrir ce bijou. Hormis la valeur financière de sa kora, le Malien regrette la perte d’un objet unique. Il devra attendre quelques mois avant de réceptionner un nouvel instrument de ce calibre. Cela impactera quelque peu l’enregistrement de son nouvel album.