2023 dans le rétroviseur : le Maroc et la Libye durement endeuillés par des catastrophes


Lecture 4 min.
Séisme au Maroc et tempête en Libye
Séisme au Maroc et tempête en Libye

L’année 2023 laisse la place à 2024. Douze mois que les pays du continent africain ont vécu diversement. Une année très mouvement en Afrique avec des blessures, des angoisses et beaucoup d’amertume. 2023 a, par exemple, vu des pays d’Afrique du Nord violemment frappés par des catastrophes naturelles. Le Maroc a été endeuillé par le puissant séisme d’Al Haouz, tandis que la tempête Daniel a balayé une partie de la Libye. Retour sur des phénomènes qui ont meurtri ces deux pays.

Nous sommes le 8 septembre 2023 dans la soirée. Un peu après 23 heures, la nuit des Marocains a été perturbée par un tremblement de terre d’une magnitude estimée à 6,8 sur l’échelle de Richter. Il s’agit du plus puissant séisme à frapper le royaume à ce jour. Le réseau marocain de géophysique, de surveillance et d’alerte sismique précisait que l’épicentre du séisme était localisé à 30.961 degrés de latitude Nord et 8.413 degrés de longitude Ouest.

Une secousse dans la chaîne montagneuse du Haut Atlas, au Maroc. La secousse a eu lieu dans la commune d’Ighil, relevant de la province marocaine d’Al Haouz. Le tremblement est survenu à une profondeur d’environ 8 kilomètres. 20 minutes après la secousse principale, une première réplique de magnitude 4,8 avait été enregistrée à 26 km au sud de Casablanca. Une seconde de magnitude 3,3 a suivi, dans la région de Marrakech. Dans la pénombre, les populations sont sorties dans les rues de Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir.

Près de 3 000 personnes décédées

De nombreux bâtiments ont été détruits obligeant les habitants à fuir leurs domiciles, de peur d’être prises au piège dans les décombres. D’un premier bilan de quelque 800 morts, le Maroc s’est retrouvé avec près de 3 000 personnes décédées suite au séisme meurtrier. Le risque sismique était connu dans cette région. Seulement, la violence de ce tremblement de terre était imprévisible. Quant au nombre de blessés suite au séisme, il s’est élevé à 6 125. En plus des dégâts importants causés aux bâtiments et aux infrastructures.

Dans la gestion de l’après-séisme, le Maroc s’était particulièrement distingué dans le traitement sélectif des offres de secours. Si le royaume avait fait appel à l’Espagne et accepté un soutien de pays comme la Turquie, le roi Mohammed VI a royalement ignoré le soutien de la France et de l’Algérie. La dernière mise à jour du ministère marocain de l’Intérieur, 50 000 maisons se sont effondrées complètement ou partiellement à cause du séisme.

La Libye frappée par des intempéries

Alors que le Maroc comptait ses morts, la Libye est frappée par des intempéries. Dans la nuit du 10 au 11 septembre, la tempête Daniel a frappé l’Est libyen. Derna, une ville de 100 000 habitants bordant la Méditerranée, est durement impactée. Le centre national météorologique libyen avait pourtant alerté que la tempête Daniel pourrait provoquer une chute d’importantes quantités de pluie.

Le centre avait mis en garde sur l’apparition de tempêtes et d’orages accompagnés de vents très violents dépassant les 70 kilomètres/heure. Le centre avait en outre alerté sur des vagues dépassant les 4 mètres de haut. Cela n’a pas empêché à l’irréparable de se produire. Les fortes pluies torrentielles avaient, en effet, fini d’entraîner une rupture de barrages à Derna dont les eaux ont atteint les habitations.

Plus de 3 800 morts et des peines de prison

Les dégâts sont énormes. Destruction des routes reliant les villes, après la montée du niveau de l’eau de plus de trois mètres. Les autorités de l’Est libyen déclarent l’état d’urgence dans toutes les villes touchées. Elles ont en outre annoncé la suspension des cours, en plus de la fermeture des magasins. Le dernier bilan officiel provisoire fait état d’au moins 3 868 morts.

La main humaine avait été vue dans cette tragédie puisque la justice libyenne a placé en détention huit personnes. Elles sont soupçonnées d’avoir des responsabilités dans les inondations qui ont endeuillé le pays. Parmi les personnes arrêtées, le maire de Derna, Abdulmonem al-Ghaithi. D’ailleurs, l’édile avait été démis de ses fonctions avec le reste du conseil municipal, juste après le drame. Des drames qui ont endeuillé l’Afrique du Nord durant cette année 2023.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter