22 avril 2018 / Mis à jour à 11:09 - Paris.  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Argentine - Pan Afrique - Danse - Autre Afrik
Le Tango nait dans un quartier de descendants d’esclaves africains en Argentine
Gabino Ezeiza, l’un des représentants du tango afro-argentin à ses débuts

L’héritage africain dans le tango argentin reste évident par la sensualité des pas de cette façon d’ "avancer dans la vie".

Un rapport élaboré par Cynthia Quiroga, psychologue colombienne (le chanteur Carlos Gardel est décédé en 1935 à Medellin, Colombie), de l’Université de Francfort (Allemagne, pays où il fut inventé le bandonenón) affirme que le tango augmente le désir sexuel.

L’Université recommande le tango pour les époux ayant des problèmes de faible testostérone.

Sexualité à part, le tango - rythme musical du Rio de la Plata (puisqu’il est pratiqué sur les deux rives, en Uruguay et en Argentine) - a été déclaré Patrimoine Culturel par l’UNESCO le mois dernier.

"Le tango est une danse qui n’est pas dorsale comme le flamenco. Le tango est postéro-pelvien ... sa représentation est un simulacre érotique ”. (selon l’écrivain espagnol Rafael Salillas en 1898) . "... se danse entre un homme et une femme, mais sans copulation. (Salillas, 1898)

Pour l’écrivain Jorge Luis Borges, le tango était “une façon d’avancer dans la vie". Pour le poète Enrique Santos Discépolo, "une pensée triste qui peut être dansée". À l’étranger, le tango est la musique emblématique représentant l’Argentine, bien que le genre soit également le symbole du voisin de l’autre rive du Rio de la Plata, l’Uruguay. Les Argentins s’enorgueillissent de la définition donnée par le philosophe américain Waldo Frank, qui a soutenu que le tango est "la danse populaire la plus profonde du monde".

Le mot tango est peut-être le mot le plus associé à l’Argentine sur la planète. La crise économique de décembre 2001 fut appelée "l’effet Tango" par la presse mondiale.

Le caractère fataliste et pessimiste que beaucoup d’Argentins au quotidien, attribuent à la politique, l’économie et à leur vie personnelle est également "un tango".

Plus que de la tristesse, le tango est introverti et introspectif, contrairement à d’autres danses populaires qui sont extroverties et euphoriques. Pour l’écrivain Ernesto Sabato, "seul un étranger peut faire la farce de profiter d’un tango pour converser ou pour se divertir". Selon l’auteur, “Un napolitain danse la tarentela pour s’amuser. L’habitant de Buenos-Aires danse un tango pour méditer sur son sort ".

Le tango a de multiples facettes. Ses textes parlent de la mère "sainte", du groupe d’amis, des rues du quartier et de la femme perfide - et perdue - qui les a abandonnés. Mais au-delà, le tango parle aussi de l’hédonisme et de l’apparence, des divisions sociales et des pioches. De même, il est souvent satirique, avec des mots qui lancent des paroles acerbes contre tout et contre tous.

NAISSANCE

En Argentine, (en Uruguay c’est une autre histoire) le tango est plus de Buenos Aires qu’il est ’Argentin’, puisque l’intérieur de l’Argentine serait mieux représenté par d’autres rythmes, comme le chamamé, le Malambo et la Zamba.

Le quartier de la Boca ne fut pas le berceau du tango, contrairement à ce qu’indiquent certaines légendes, en particulier des guides touristiques étrangers.

Le tango est né dans le "quartier du Mondongo", actuellement quartier du nom de Montserrat.

Le quartier est marqué en rouge sur cette vieille carte de Buenos Aires.

Le tango a vu le jour vers 1877 dans le quartier de Montserrat, située entre Casa Rosada et l’actuel Congrès National. À l’époque, y vivaient les descendants d’esclaves noirs qui avaient été libérés en 1813.

À Montserrat, également appelé "quartier du Mondongo (barrio del Mondongo)", les Afroargentins s’organisèrent en associations caritatives qui de nuit - dans des baraques de chaume – préparaient les fêtes pour faire des levers de fonds.

Lors de ces événements, ils dansaient langoureusement accompagnés par le tambour, une danse qui pour les voisins blancs du secteur scandalisés était "Luxuriante" et "Indécente" dans sa chorégraphie.

Les réunions de Montserrat-Mondongo se terminaient souvent brutalement par des interventions de la police qui apparaissait pour " mettre de l’ordre" sur place.

Au moment du Carnaval, les associations d’Afro-Argentins sortaient dans les rues pour danser au son des tambours, ce qu’on appelait "Candombe" dans la région du Rio de la Plata.

La rivalité entre les groupes - chacun voulait montrer que sa chorégraphie était la meilleure – provoquait des affrontements sanglants dans les rues. Pour cette raison, après des années d’incidents, le gouvernement ordonna la dissolution des associations.

Étant interdit de sortir dans les rues, les afrodescendants de Buenos Aires organisèrent des lieux de danse exclusifs, les "tambos". C’est avec ce mot que commence la polémique sur l’origine du tango. Pour certains "Tangologues", "Tango" vient de "Tambo". Pour d’autres, il vient de "Xango" ou "Shango", dieu africain de la guerre.

Le mot "tango" dans cette graphie a apparu en 1836 dans le “Diccionario Provincial de Voces Cubanas” L’ouvrage définit le "tango" comme "la réunion des Noirs pour danser au son des tambours ou atabaques”. Une autre théorie indique que “tango” vient de "Tambor".

La polémique et la discussion ont une forte côte chez les Argentins. Par conséquent, diverses versions abondent sur le sujet. Une théorie avance que “tango” vient de “Tang”, un mot appartenant à un dialecte africain qui pourrait être traduit par "se rapprocher, toucher".

Une façon de traverser la vie avec des racines africaines qui ont ensuite été européanisées.

Curieusement, une autre version soutient que le mot vient du latin "Tangere", qui signifie également "toucher". Dans l’espagnol ancien, "tangir" équivaut à jouer d’un instrument.

Pour compliquer les choses, au XIXe siècle, il y avait en Espagne un "Tango Andaluz". Et au Mexique, au XVIIIe siècle, une danse portant le même nom.

Aucune de ces théories (il existe plusieurs théories sur l’origine du terme) n’a été prouvée. Les Argentins continuent de danser ce genre sans se préoccuper de son étymologie.

Ainsi, les afrodescendants de Buenos Aires durent se résigner à rester dans leur “tambos ” en dansant l’embryon de ce qui deviendrait peu de décennies plus tard le tango tel que nous le connaissons aujourd’hui.

La manière de danser était- en quelque sorte - vaguement similaire à la samba brésilienne actuelle : danse libre, relâchée, dans laquelle on empoigne éventuellement son partenaire, en plus d’être très lascive.

Mais cette fois, au même moment où la forme prototypique du tango est en pleine ébullition dans les lieux de rencontre des afro-argentins, il y a un virage fondamental dans le développement du tango : l’émergence du "Compadrito" dans les "tambos".



à la une



afrik-foot