24 octobre 2014 / Mis à jour à 08:28 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Côte d’Ivoire - Langue
Côte d’Ivoire : la page Nouchi
La page Nouchi. Le Nouchi, l’argot ivoirien s’est étendu dans toute la sous-région. Il traduit la mutation du Français aux portes de l’Afrique.

" Eh djao woulade ! y’a Nouchi sur Internet ".Traduction : le Nouchi, argot ivoirien, a son dico sur la Toile : nouchi.com. (Ne pas confondre avec "être sur le Web " : "Etre seul(e) en amour." - Ndlr.)
Le Nouchi, ou comment le Français se transforme au contact de l’Afrique pour mieux traduire les réalités du quotidien. Le Nouchi est né en Côte d’Ivoire et s’est inspiré de toutes les influences étrangères que subit le pays, carrefour de l’Afrique de l’Ouest.

Facilement repérables, les phrases seront privées de leurs articles et des adverbes du type " là " viendront ponctuer les fins de phrase. Un " Faut laisser affaire-là " fusera pour demander à quelqu’un d’accorder son pardon au regard d’un tort qui lui aura été fait.

Au-delà du langage imagé, il est aussi question de traduire la sagesse de l’homme de la rue qui s’inspire de son quotidien. Pour exprimer le fait qu’à Abidjan, le système " D " prévaut, il affirmera : " Abidjan, c’est technique ! "

L’actualité est aussi riche de nouveaux mots. Le terme " d’Hilary " fait allusion à une femme qui reste auprès de son mari dans la tourmente, comme la première dame américaine. Au lendemain du coup d’Etat, le général Gueï est surnommé " Robert Noël " en Nouchi, un clin d’oeil au jour du coup d’Etat, veille de Noël. On ne saurait donc retirer au Nouchi, l’appellation de langue vivante. Et à quiconque affirme le contraire " va parler ça à l’ONU " (" Cause toujours tu m’intéresses ").

Le Nouchi, langage d’une génération

Le Nouchi, tout en s’inspirant du français, magnifie aussi nos langues africaines (le Baoulé, le Bioula ou l’Attié) qui ont besoin d’être promues parce que de plus en plus délaissées par la jeunesse. "Awoulaba" est un terme tiré du Baoulé qui désigne la plantureuse femme africaine. Exemple tiré d’une chanson populaire : " Botcho, awoulaba. Qui n’aime pas ça ? " (Une paire de fesses, une jolie nana... Qui n’aime pas ça ?)

Le Nouchi est aussi un langage de jeunes. Parler Nouchi traduit le fait qu’on est " branché ". Pour illustration, un étudiant évoluant en dehors de la Côte d’Ivoire pendant l’année scolaire s’attachera à se renseigner sur les dernières expressions à la mode pour ne pas se faire traiter de " gaou "( comprendre péquenot en Nouchi).

Alors à vos souris sur Nouchi.com, pour ne pas être le "deuxième gaou" - l’idiot du village, là.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles