25 juillet 2016 / Mis à jour à 10:33 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
RDC - Justice
Papa Wemba condamné, mais libre
Le roi de la rumba congolaise a déjà purgé sa peine en prison préventive. Le tribunal correctionnel de Bobigny (France) a condamné, mardi, Papa Wemba a trente mois de prison, dont quatre fermes, et 10 000 euros d’amende pour aide au séjour irrégulier de clandestins sous couvert de ses activités musicales. Le roi de la rumba congolaise ne retournera pas derrière les barreaux car il a déjà purgé l’équivalent de la peine ferme en préventive. Mais l’artiste n’est pas hors de danger : l’accusation pourrait faire appel et l’artiste reste poursuivi en Belgique pour des faits similaires.

Papa Wemba enfin fixé sur son sort. Le tribunal correctionnel de Bobigny (Nord de Paris) l’a condamné, ce mardi, à trente mois de prison, dont quatre fermes, et 10 000 euros d’amende pour avoir mis en place une filière d’immigration clandestine entre la République Démocratique du Congo, la France et la Belgique sous couvert de ses activités musicales. L’artiste de renommée internationale ne retournera pas en prison car il a déjà passé l’équivalent de la peine ferme derrière les barreaux lors de sa détention préventive entre février et juin 2003. « Cette décision est grand soulagement car enfin la justice a tranché. Et surtout, je ne vais pas retourner en prison. Mon art va enfin reprendre le dessus », a déclaré à Afrik.com Papa Wemba. Les huit autres personnes, dont sa femme, qui étaient jugées dans cette affaire écopent de peines n’excédant pas six mois fermes. Si le roi de la rumba congolaise échappe à l’enfermement, il n’est pas tiré d’affaire pour autant. L’accusation pourrait faire appel de la décision et la justice belge attend de juger Papa Wemba pour des faits similaires à ceux qui lui étaient reprochés dans l’Hexagone.

Papa Wemba déclare avoir été « naïf »

Le célèbre chanteur a été reconnu coupable d’« aide à l’entrée et au séjour irrégulier, association de malfaiteurs, faux et usage de faux ». Il avait expliqué lors de l’audience qu’il était en partie responsable, mais avait précisé : « Beaucoup de gens ont profité de mon nom. Quand on est à cette hauteur, on ne voit pas ce qui se passe en bas. J’ai été trop naïf », regrette le chanteur.

Il aurait même expliqué que ce sont des proches qui, en 2001, ont créé le réseau, chargé d’obtenir des visas pour les Congolais désireux de quitter leur pays en les faisant passer pour des musiciens ou encore des danseurs. L’Agence Reuters rapporte que « les personnes voyageaient sous leur vraie identité avec des visas obtenus à l’ambassade de France sous couvert de concerts ou d’enregistrements en Europe, vrais ou faux, justifiés par plusieurs associations ou sociétés de production fictives installées en France ». D’aucuns estiment d’ailleurs que les trafiquants ont bénéficié de complicités au sein de l’ambassade pour obtenir d’un coup un nombre important de visas.

Ecoutes téléphoniques compromettantes

Une centaine de Congolais se seraient ainsi rendus en France et en Belgique. Des écoutes téléphoniques ont montré que pour ce passage en Europe, Papa Wemba fixait le tarif a « 3 000 dollars par personne jusqu’à la fin 2002, prix augmenté ensuite à 4 500 dollars fin 2003 », rapporte encore Reuters. Concernant ces informations, l’intéressé a déclaré : « Je ne suis plus à la barre pour m’exprimer à nouveau sur ce sujet. » Ce qui a mis la puce à l’oreille des autorités françaises est le fait que certaines personnes arrivaient sans instruments, tenues de scène ou même bagages.

Les quelque 150 sympathisants de Papa Wemba présents à l’audience ont salué la décision du tribunal. Mais la partie n’est pas finie. Le chanteur est attendu par la justice belge, qui lui reproche des faits similaires à ceux pour lesquels il vient d’être condamné. « Je ne sais pas encore quand je vais comparaître. Cette étape est le dernier round. Je ne veux pas mettre la charrue avant les bœufs, mais je suis confiant en cette justice », a conclu Papa Wemba.

Lire aussi :
- Papa Wemba : "La prison n’est pas une honte"
- Papa Wemba n’est pas condamnable
- Papa Wemba devant la justice belge
- Papa Wemba sous les verrous
- Affaire Papa Wemba : les réactions à Kinshasa


à la une




communiqués


en bref




dossiers

liens utiles