28 juillet 2014 / Mis à jour à 23:38 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Pan Afrique - Diaspora
« L’Affaire Dieudonné »
La communauté noire et l’humoriste boycotté. Dieudonné taxé d’antisémitisme et boycotté par les salles de spectacle. L’humoriste franco-camerounais est au centre d’une polémique, depuis décembre dernier en France, pour un sketch controversé. Afrik a donné la parole à certaines figures de la communauté noire, avant la manifestation de soutien organisée ce vendredi devant l’Olympia, où l’artiste devait se produire.

Ça n’a pas plu a tout le monde. L’émission ‘On ne peut pas plaire à tout le monde’ (ONPP) diffusée le 1er décembre sur la troisième chaîne française fait encore parler d’elle. Ce soir-là, l’humoriste franco-camerounais Dieudonné a présenté un sketch qui défraye depuis la chronique. En particulier ces expressions : « J’encourage les jeunes gens qui nous regardent aujourd’hui dans les cités, pour leur dire : convertissez-vous comme moi, essayez de vous ressaisir, rejoignez l’axe du bien, l’axe américano-sioniste » et un « Heil Israël » déclaré ‘en esquissant de salut hitlérien’, selon le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap).

La semaine suivante, le présentateur fait de plates excuses aux téléspectateurs pour ce sketch « nauséabond » de Dieudonné. Pendant ce temps, des SMS concernant ce sketch défilent en bas de l’écran. L’un d’entre eux attirera particulièrement l’attention : « Ça te ferait rire si on faisait des sketchs sur les odeurs des Blacks ? ». Ce SMS a provoqué la colère de la communauté noire, qui estime d’ailleurs que Dieudonné a été taxé d’antisémite et boycotté à tort dans certaines villes où il devait se produire. En signe de protestation, un grand rassemblement a lieu ce vendredi soir, devant l’Olympia (Paris), une grande salle parisienne qui a aussi annulé son spectacle par peur de représailles. Certains s’indignent contre le coup asséné à la liberté d’expression, d’autres estiment que c’est parce qu’il a critiqué la « sacro-sainte » communauté juive qu’il se voit attaqué de toutes parts. Ailleurs, on souligne que lorsque les Africains sont ridiculisés, personne ne bouge. Parole aux grandes personnalités de la communauté noire, quelques heures avant la manifestation.

- Amobé Mévégué, RFI (émission Plein Sud) et le magazine Afrobiz
"Quand l’intégrisme musulman et chrétien est critiqué, personne ne s’indigne"

« Je suis étonné de l’étonnement de la population autour de l’affaire de Dieudonné, d’autant plus qu’il a présenté ses excuses aux personnes qu’il a heurtées. Si la justice condamnait cet humoriste pour antisémitisme et si je pensais qu’il l’était, je serais le premier à le dénoncer avec la plus grande virulence. Ce n’est pas le cas. Auparavant, Dieudonné s’est moqué de l’intégrisme musulman et chrétien. Il se moque aussi de ses origines camerounaises (il est métisse, de père camerounais et de mère bretonne) ; il a fallu qu’il s’attaque aux Juifs pour être interdit de spectacle. Ce qui prouve qu’il y a deux poids deux mesures. Il y a quelques semaines encore, le réalisateur Claude Chabrol était invité sur le plateau de ‘On ne peut pas plaire à tout le monde’ (l’émission où Dieudonné a fait le sketch incriminé). Il a fait une blague qui disait, en substance, qu’il est bien connu que les bonnes sœurs adorent aller en Afrique pour se faire violer par les Africains. Personne ne s’est indigné. Ce qui témoigne, selon moi, d’une certaine hypocrisie. Dieudonné est au cœur d’un mauvais procès qui me fait penser que nous sommes retournés au temps de l’inquisition. »

- Claudy Siar, animateur de radio à RFI (Couleurs Tropicales)
"La communauté maghrébine devrait nous soutenir"

« Je serai l’un des principaux artisans de la manifestation de soutien de Dieudonné de ce vendredi. Je pense que nous serons nombreux. Il y aura des footballeurs, des comédiens et même Manu Dibango, qui ne se déplace que rarement, sera là. La polémique s’est focalisée sur le prétendu antisémitisme de Dieudonné, alors qu’il ne l’est pas. Même Marc-Olivier Fogiel m’a confié en privé qu’il savait qu’il ne l’était pas. Mais il ne faut pas oublier le SMS raciste passé dans son émission et orchestré par sa boîte de production. C’est aussi contre ça que la communauté noire se rassemble aujourd’hui. D’ailleurs je regrette que la communauté maghrébine ne se soit pas manifestée en faveur de Dieudonné, alors que c’est parce qu’il a voulu défendre la cause palestinienne qu’il en est là aujourd’hui. Je regrette aussi que la France ne se soit pas donnée les moyens de le protéger pour qu’il assure son spectacle. Cela participe à entretenir le sentiment de rejet qu’éprouve la communauté noire. Or la France ne doit pas être une terre où les communautés s’opposent. Lorsqu’un groupe est victime de racisme, c’est toutes les communautés qui doivent se sentir affectées. »

- Calixthe Beyala, écrivain
"Dieudonné est un humoriste, pas un intellectuel"

« Tout le bruit autour de l’affaire Dieudonné est vraiment exagéré. Cela a pris de telles proportions que cela risque de diviser la population. Dieudonné est un humoriste, pas un intellectuel. Je comprends que certains aient pu être choqués par ces propos, parce qu’il a fait allusion à un sujet très sensible : la Shoah (extermination des Juifs lors de la Seconde guerre mondiale, ndlr). Mais je connais très bien Dieudonné et je sais qu’il n’est pas antisémite. L’empêcher de faire son spectacle, c’est l’empêcher de vivre. Michel Leeb a fait tout son beurre sur le Noir et il n’y a pas eu un charivari comme celui auquel on assiste maintenant. »

- Dogad Dogoui, Président du Club Africagora, association de cadres et d’entrepreneurs
"Il faut arrêter le lynchage médiatique"

« Il y a une polémique parce que Dieudonné a touché à des interdits, à un sujet très sensible. Mais comme dans toute polémique, il y a des abus. Certains réagissent sans juger le fond de l’affaire ou se poser les questions essentielles. Il y a eu un véritable haro médiatique sur le sketch de cet humoriste. Un sketch qui a plu à certains et déplu à d’autres. Ce qui pousse à se demander si on peut aborder tous les sujets avec humour. Nous sommes en République, alors si Dieudonné a transgressé la loi, c’est à la justice de trancher. Si on estime que cette affaire n’a pas à être réglée devant les tribunaux, on doit le laisser tranquille. Il faut arrêter de faire du lynchage. C’est la liberté d’expression qui est danger. Avec cette polémique, on a le sentiment que c’est plus l’homme et ses idées qui sont remis en cause, que son sketch. Annuler son spectacle, c’est un peu lui dire ‘ Parce que tu as tenu ces propos, tu n’as plus le droit de vivre’. »

- Joseph Andjou, journaliste sur i-Télévision
"La liberté d’expression a été tuée"

« Concernant la polémique autour de Dieudonné, je me demande si on peut critiquer Israël ou un Juif sans être taxé d’antisémitisme, si on peut être non-Juif et avoir le droit de parler ou de faire de l’humour sur les Juifs. Avec cette histoire, on s’aperçoit que la liberté d’expression a des limites. Certains ont le droit de s’exprimer comme ils l’entendent, alors que d’autres sont surveillés. Ce qui est choquant, c’est qu’aucun homme politique ne soit intervenu pour que le spectacle de Dieudonné soit maintenu. C’est la liberté d’expression qui a été tuée à cause de groupuscules qui ont notamment menacé de mort les gérants de l’Olympia s’ils laissaient Dieudonné faire son spectacle comme prévu ce vendredi soir. Je me demande bien comment les gérants auraient réagi si les partisans de cet humoriste avaient fait pression de la même façon que ses détracteurs. L’annulation du spectacle est une décision maladroite qui risque au final d’envenimer la situation. »

- Hortense Nouvian, fondatrice du bimensuel magazine Cité Black
"Je regrette vraiment l’annulation de son spectacle"

« Je n’ai pas vu l’émission où Dieudonné a fait le sketch à l’origine de la polémique. Mais la rédaction de notre magazine a reçu une lettre d’excuses de l’animateur (Marc-Olivier Fogiel, ndlr) concernant à SMS raciste diffusé pendant le programme (« Ça te ferait rire si on faisait des sketchs sur les odeurs des Blacks ? », ndlr). Dès lors, j’ai repris l’affaire. Ce qui me choque le plus, c’est que le spectacle de Dieudonné ait été interdit parce que la salle où il devait se produire à reçu des menaces. C’est une atteinte à la liberté d’expression, même si les propos tenus par cet humoriste peuvent être perçus comme choquants. Y aurait-il des tabous en humour ? Michel Leeb a basé toute sa carrière sur l’imitation des Africains. Personne ne lui en a tenu rigueur. De même que la publicité d’une célèbre marque de lessive qui met en scène des singes en boubous ou ce dessin animé où le personnage principal était une vache qui s’appelait la Noiraude. Je suis pour le respect de chaque être humain, avec ses différences, mais je constate que certains sujets poussent plus à la mobilisation que d’autres. »

- Jean-Marie Kassamba, Télésud
"Ce n’est pas de la polémique, mais une provocation"

« Il est temps que les Africains se réveillent. La façon dont Dieudonné est traité est inadmissible et disproportionnée. C’est pour cela que j’irai le soutenir ce vendredi soir. Notre radio (Fréquence Paris Plurielle, ndlr) et notre télévision vont couvrir la manifestation de ce soir. Nous devons tous le soutenir et protester contre l’annulation de son spectacle. Avant il y avait la colonisation et maintenant on veut nous imposer une domination. Ce n’est pas acceptable. Je comprends très bien que certains de ses propos aient heurté des gens, mais il est humoriste. Il a donc, de fait, une plus grande marge en matière de liberté d’expression. »

Lire aussi :
- Lyncher Dieudonné ?
- Dieudonné : « Je suis politiquement antisioniste »
- « L’Affaire Dieudonné »
- Marc-Olivier Fogiel face à l’affaire Dieudonné


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers