21 octobre 2014 / Mis à jour à 00:04 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Grande-Bretagne - Ile Maurice - Diplomatie
Les Mauriciens invités à lutter pour récupérer l’archipel des Chagos
Le conseiller légal du Comité social chagossien (CSC), Me Hervé Lassémillante, a appelé, vendredi, tous les Mauriciens, de quelques communautés ou bords politiques qu’ils soient et de toutes les îles, à s’unir derrière l’Etat mauricien pour lutter contre le gouvernement britannique en vue de récupérer l’archipel des Chagos.

Les Chagossiens, une petite communauté de Mauriciens d’environ 1.500 membres actuellement, avaient été expulsés de force entre 1965 et 1970 par le gouvernement colonial britannique de l’archipel des Chagos, quelques années avant d’accorder l’indépendance à Maurice en mars 1968, pour faire de la place à une base militaire américaine sur une des îles de l’archipel, Diego Garcia.

"Les Anglais ont profité de la division de 1965 entre Mauriciens pour diviser le territoire mauricien", a-t-il déclaré, avant de préciser : "Nous ne ferons pas la même erreur cette fois".

M. Lassémillante a estimé qu’il existe deux possibilités –la négociation, certainement et aussi la voie diplomatique– pour récupérer cet archipel de l’emprise des Anglais.

"Je crois savoir que le gouvernement mauricien travaille déjà sur cette affaire pour qu’elle soit présentée devant la Cour internationale de La Haye. Nous devons passer par les Nations-unies et obtenir suffisamment de votes devant cette instance pour réussir à aller jusqu’à La Haye", a-t-il souligné.

Commentant la démarche du Groupe Réfugiés Chagos (GRC) devant la justice britannique et où la Chambre des Lords a, mercredi dernier, estimé que les Chagossiensne peuvent rentrer sur leurs îles, l’avocat a déclaré que cette lutte n’aurait pas dû être menée.

"Le CSC a toujours été en faveur du droit de retour des Chagossiens sur leur archipel en tant que peuple libre et indépendant et pas en tant que peuple colonisé faisant perdurer un anachronisme du 18, 19 et 20e siècles. Nous devons vivre dans notre siècle", a-t-il dit.

Selon Me Lassémillante, la population mauricienne ne reconnaît pas la juridiction des cours anglaises sur le Chagos parce que la Constitution de l’île dit que cet archipel est mauricien.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles