Zorkhot, roi d’Afrique !

L’Ivoirien d’origine libanaise Khaled Zorkot est devenu champion d’Afrique des poids super-welters en battant le Togolais Dosseh Poudjagbo par K.0. à la onzième reprise. Le Karting club a porté son boxeur fétiche durant tout le combat. Retour sur un exploit.

Khaled Zorkhot s’échauffait dans les vestiaires tandis que public ivoirien assistait vendredi, dans la salle du Karting club, à six combats assez plaisants. En attendant l’entrée sur le ring de son boxeur fétiche. L’adversaire de l’Ivoirien n’est autre que Poudjagbo Dosseh, puissant boxeur togolais aux droites meurtrières. La rencontre s’annonce équilibrée même si Khaled bénéficie du soutien sans faille du public. Au gong, les deux boxeurs se ruent à l’offensive. Poudjagbo privilégie le corps à corps et assène des coups bien sentis. Khaled Zorkhot commence à douter mais se ressaisit à la cinquième reprise d’une manière magistrale. Après une feinte du gauche, il envoie le Togolais au tapis avec une droite assassine. Poudjagbo est compté. Humilié, il redouble de férocité. Khaled doute à nouveau. N’Da Gaudens, son entraîneur, lui hurle de reprendre le jeu à son compte.

La guerre des nerfs

A la dixième reprise, on sentait que l’Ivoirien revenait à son niveau. Au round suivant, il expédie définitivement Poudjagbo Dosseh au pays des songes. L’entraîneur togolais crie au scandale, à la triche.  » Je suis scandalisé. Mon poulain a été volé. J’impute la responsabilité à l’arbitre. Il a distrait mon poulain et a permis à son adversaire de lui asséner des coups. Je me plaindrai auprès de la Confédération africaine. Je le répète, Khaled ne peut pas vaincre Poudjagbo. Nous ne reconnaissons pas cette victoire. « , s’indigne Menssan Langan. Ce n’était pas l’avis de l’arbitre qui lève le bras de Khaled Zorkhot en signe de victoire.

La salle exulte. Le boxeur ivoirien est aux anges. Physiquement fatigué, il est partagé en larmes et cris de joie. Il laisse le soin à son entraîneur de parler à la presse. Il fallait qu’il soit réellement usé pour ne pas répondre aux journalistes, son jeu favori.  » C’est une victoire méritée. Khaled champion d’Afrique, c’est une satisfaction pour l’entraîneur que je suis. Je croyais en cette victoire. Nous avons beaucoup travaillé et il était normal que mon poulain la remporte. L’adversaire a des qualités de boxeur que nous ne lui dénions pas. Mais Khaled a été plus réaliste et il a gagné « , tranche N’Da Gaudens. Khaled Zorkhot est champion d’Afrique des super-welters.