Zimbabwe : quand le pétrole fait sa crise

La hausse du prix du pétrole qui frappe le monde n’a pas épargné le Zimbabwe, dont l’économie était déjà bien mal en point. Alors que certains dénoncent une aggravation de la situation dans leur secteur activité, d’autres rapportent un changement minime. Morceaux choisis.

Cela fait plusieurs mois que le monde est sous le coup de la hausse du baril de brut. Il est monté jusqu’à environ 70 dollars et vaut maintenant autour de 63 dollars. Ce qui affecte de nombreux pays africains. Et le Zimbabwe, dont l’économie bat déjà de l’aile, ne fait pas exception. Les ambulances, les sapeurs pompiers, les véhicules municipaux et même les fossoyeurs de Bulawayo, la seconde ville du Zimbabwe, sont à l’arrêt faute d’essence, selon la BBC. Les usagers font la queue aux stations pour donner à leur véhicule de quoi se mouvoir. Ceux qui ne peuvent y obtenir satisfaction se tourneraient vers le marché noir, où le précieux carburant se vend à prix d’or. Conséquence de la pénurie et de la cherté du pétrole : les industries tournent au ralenti, quand elles ne suspendent ou ne stoppent pas leur activité. Certains secteurs semblent toutefois peu affectés par la crise. Échantillon.

 Tawanda, ex-guide touristique

« Les touristes ne viennent plus de peur de ne pas pouvoir voyager dans le pays »

« Le gouvernement n’a pas les moyens d’acheter du pétrole. La crise a eu beaucoup de conséquences sur le pays. Les touristes ne viennent plus de peur de ne pas pouvoir voyager à l’intérieur du pays. Le secteur a subi de lourdes pertes. Comme beaucoup d’autres guides touristiques, j’ai perdu mon travail. Je ne peux plus subvenir aux besoins de ma famille. J’ai contacté d’autres agences pour leur offrir mes services, mais ils n’ont pas de place à cause de la crise. J’essaie de partir en Afrique du Sud, où il y a beaucoup de travail. Beaucoup de guides sont partis là-bas. Mais pour y aller, j’ai besoin d’un visa et donc d’argent. »

 Service communication d’Air Zimbabwe

« Nous n’avons aucun problème »

« Nous n’avons aucun problème de carburant pour les avions au Zimbabwe. Nous nous ravitaillons auprès de compagnies qui importent elles-mêmes le carburant. Nos vols sont assurés : Hier (dimanche, ndlr) nous étions à Londres (Angleterre, ndlr) et aujourd’hui nous allons en Chine. La crise internationale ne nous fait pas payer plus cher qu’avant. »

 Un employé de la Confédération des industries du Zimbabwe

« Les compagnies trouvent des arrangements entre elles pour avoir du pétrole »

« Nous connaissons des problèmes avec le grand manque de pétrole. Les compagnies trouvent des arrangements entre elles pour en avoir. Certains se déplacent parfois jusqu’à l’étranger pour ça. Car les compagnies nationales ne peuvent pas fournir. La hausse du prix du pétrole est aggravée par la dépréciation du dollar zimbabwéen, qui provoque une hausse de l’inflation et donc de la souffrance de la population. Les compagnies doivent augmenter les prix pour rester dans les affaires et réduire, dans certains cas, leur masse ouvrière. Quelques unes ont fermé en attendant juste que la situation s’améliore. Mais à part la crise du pétrole, d’autres problèmes poussent les entreprises à fermer. »

 Un employé du Syndicat des fermiers commerciaux

« La sécurité alimentaire sera certainement affectée »

« Certains fermiers se plaignent du manque d’essence, car en novembre, il faudra planter. Or, pour cela, il faut préparer la terre et donc utiliser les machines. Avec le manque d’essence, c’est difficile. Beaucoup de terres du pays ne sont pas préparées. Les petits fermiers se débrouillent avec du bétail. Les grands fermiers se tournent vers le marché noir. Mais la plupart attendent que l’essence soit de nouveau disponible. La sécurité alimentaire sera donc certainement affectée car toutes les cultures seront touchées. Le gouvernement devra donc encore importer. Pour ce qui est des cultures comme le tabac ou le coton, que nous exportons, le risque serait de devoir réduire le volume de nos exportations parce que nous aurions moins produit. »

 Une employée de l’Ecole internationale d’Harare

« Jusqu’à présent, tout va bien »

« La crise ne nous a pas vraiment affectés. Jusqu’à présent, tout va bien Les parents amènent leurs enfants à l’école. Quant aux professeurs, certains habitent juste à côté et viennent à pieds. D’autres continuent de se déplacer en bicyclette, comme ils l’ont toujours fait. Les professeurs qui viennent en voiture en amènent aussi d’autres. Ils ont pris l’initiative d’eux-mêmes, sans que nous le leur demandions. »

 Un représentant de l’Association médicale du Zimbabwe

« Les patients se rendent encore plus tard en consultation »

« Le secteur de la santé décline avec la crise de l’essence. Les ambulances circulent encore, mais la plupart des patients n’arrivent pas avec. Ils arrivent avec les transports en communs, ou bien ce sont des proches qui les amènent. En conséquence, il y a de moins en moins de malades qui se présentent dans les hôpitaux, les cliniques… Les Zimbabwéens vont déjà naturellement consulter tard, notamment à cause du coût, mais là, c’est encore pire. Moins ils peuvent se déplacer, et plus ils retardent l’échéance, en espérant que l’économie ou leur santé s’améliore. »