Zimbabwe : portrait de l’ex-Président Robert Mugabe

Robert Mugabe, ancien Président du Zimbabwe, est décédé ce vendredi 6 septembre 2019 à l’âge de 95 ans, a annoncé l’actuel chef de l’Etat, Emmerson Mnangagwa, sur son compte Twitter. L’ex-dirigeant était hospitalisé à Singapour depuis le mois d’avril. Qui était Robert Mugabe ?

Grande figure de la décolonisation, Robert Mugabe a présidé d’une main de fer le Zimbabwe en instaurant un régime autoritaire pendant plus de 37 ans. Il fut chassé du pouvoir par un coup d’Etat en novembre 2017. Durant son règne à la tête du pays, de 1980 à 2017, l’ex-Président est passé d’un statut de héros de l’indépendance et ami de l’occident à celui de responsable de l’effondrement économique de son pays. Le professeur Shadrack Gutto résume avec justesse la situation de Robert Mugabe lorsqu’il dit : « Il fut un formidable dirigeant dont le pouvoir a dégénéré au point de mettre la Zimbabwe à genoux ».

Né d’une famille pauvre, le 21 février 1924 à Kutama, en Rhodésie du Sud, alors colonie britannique, Robert Mugabe fut abandonné par son père à l’âge de 10 ans. Il a vécu une enfance solitaire avec pour principaux compagnons : ses livres. Il part étudier l’anglais en Afrique du Sud puis l’histoire et s’initie au marxisme avec les membres de l’ANC (Congrès national africain) le parti anti-apartheid de Nelson Mandela. Durant son cursus, il rencontre plusieurs personnalités du nationalisme africain dont certains devinrent des hommes politiques influents.

En 1960, il rentre au pays et crée son parti, l’Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU) issu de l’Union du peuple africain au Zimbabwe(ZAPU) de Joshua Nkomo. Ces mouvements ont joué un rôle important dans l’indépendance de la Rhodésie. En 1964, Robert Mugabe est emprisonné pour une durée de 10 ans. Pendant cette période, il passe des diplômes par correspondance en économie et en droit, mais un événement douloureux, la perte de son fils de 3 ans, va accroître son hostilité à l’égard des colons.

Libéré en 1975, Mugabe s’exile au Mozambique où il mène la guérilla contre le pouvoir blanc, qui s’achève en 1979 par les accords de Lancaster House. Lors des élections législatives qui suivent en 1980, la ZANU de Robert Mugabe s’impose avec une nette majorité. A partir de ce moment, le pays progresse à une vitesse incroyable. Entre les constructions d’écoles, de centre de santé et de nouveaux logements pour la majorité noire, Robert Mugabe est considéré comme un dirigeant modèle.

Mais très tôt, il devient plus dur envers les opposants. Avec ses dérives vers un pouvoir autoritaire, il devient critiqué par la population. La situation économique du pays ne cesse alors de se dégrader, mais Robert Mugabe remporte dans des conditions très contestées toutes les élections qui vont suivre.

Entrainant le pays dans une chute sans nom, le Président Robert Mugabe s’accroche au pouvoir et souhaite même que sa femme, plus jeune, lui succède au pouvoir. C’est la demande publique de Grâce Mugabe de succéder à son époux à la Présidence du pays qui sera à l’origine de sa chute en entraînant une réaction immédiate de l’armée qui, lors d’un coup d’Etat, place les deux époux en résidence surveillée.

Robert Mugabe démissionne le 21 novembre 2017. L’actuel Président Emmerson Mnangagwa est élu à la tête du pays en 2018. « C’est avec la plus grande tristesse que j’annonce le décès du père fondateur du Zimbabwe et l’ancien Président, le commandant Robert Mugabe », a déclaré l’actuel chef de l’Etat, dans son tweet.

Lire aussi : Robert Mugabe, héros de indépendance devenu despote