Zimbabwe : Mugabe légalise la saisie des fermes

Le président Mugabe a promulgué hier une nouvelle loi, qui lui donne le droit d’expulser les fermiers blancs de leurs terres sans aucune indemnisation ni compensation. Une manoeuvre de plus pour faire monter la tension avant les élections de juin.

Robert Mugabe accentue la pression sur les fermiers blancs du Zimbabwe. Il vient d’annoncer un changement législatif qui lui permet de confisquer leurs fermes. Il peut désormais s’en saisir sans leur payer aucune compensation. Mugabe a pu tailler cette nouvelle loi sur mesure grâce à un amendement constitutionnel du 6 avril dernier, qui donne à la Grande-Bretagne la responsabilité d’indemniser les fermiers.

L’Union commerciale des fermiers, qui représente 4 500 fermiers blancs, appelle la communauté internationale, et spécialement le Grande-Bretagne, à lever des fonds qui permettront d’indemniser les fermiers. Mais le ministère des Affaires Etrangères anglais, qui a annoncé sa volonté de participer à hauteur de 53 millions de dollars, a insisté sur le fait qu’il ne donnerait pas un sou de plus, car  » la Grande-Bretagne ne compte pas se faire prendre en otage à ce sujet « , apprend-t-on dans le communiqué officiel. Il précise également que cette  » enveloppe «  ne servirait que si le processus était transparent et juste, et si les fermiers n’étaient pas expulsés contre leur volonté…

Manipulation politique

Le gouvernement compte s’emparer de quelques 841 fermes, et une liste plus précise des terres concernées pourrait être divulguée demain. Les fermes saisies deviendraient propriété de l’Etat, et Mugabe aurait ainsi la possibilité d’installer une partie de la population noire et pauvre sur les terres confisquées avant les élections législatif. Un moyen de gagner les faveurs de cette population rurale et sans terre, en vue des prochaines élections dont la redistribution des terres est un enjeu majeur.