Zimbabwe : l’UE allège ses sanctions

Trente-cinq hauts responsables zimbabwéens ne font plus l’objet de sanctions a indiqué hier l’UE. Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne s’est félicitée des avancées économiques et sociales au Zimbabwe. « Des progrès significatifs ont été enregistrés pour faire face à la crise économique et améliorer la fourniture de services sociaux de base », s’est-elle enthousiasmée avant de nuancer très fortement le tableau. Elle a déploré les insuffisances en matière de démocratie, d’Etat de droit et le respect des droits de l’homme. 163 dirigeants zimbabwéens et 31 sociétés sont toujours accusés d’atteinte graves aux libertés fondamentales. Le dirigeant zimbabwéen Robert Mugabe est également interdit de voyage et ses avoirs sont gelés depuis 2002.