Zimbabwe : fin de règne pour Robert Mugabe

La contestation se poursuit au Zimbabwe, le président Robert Mugabe a été exclu de la direction du parti au pouvoir et voit donc ses prérogatives disparaitre rapidement. Il est remplacé à la tête du a Zanu-PF, par l’ex-vice-président Emmerson Mnangagwa, dont le départ contreversé la semaine dernière, avait entrainé l’intervention de l’armée.

La Zanu-PF, parti au pouvoir du président Robert Mugabe a voté dimanche la destitution de son chef historique à la suite de célébrations spontanées où des milliers de Zimbabwéens étaient descendus dans les rues pour célébrer sa chute après la reprise en main par les militaires.

Le parti au pouvoir, la ZANU-PF, qui tenait des pourparlers d’urgence à son siège à Harare, la capitale, afin d’examiner le sort du président qui avait régné pendant 37 ans, a nommé le vice-président Emmerson Mnangagwa précédemment démis de ses fonctions.

En vertu de la Constitution, Mugabe reste président, mais il n’a plus aucun pouvoir. Rober Mugabe, qui a refusé de démissionner, cherche à négocier un départ digne, a déclaré le radiodiffuseur public zimbabwéen, mais il semble que le temps est désormais passé.

La chute du souverain autocratique de 93 ans a commencé avec une prise de contrôle militaire mercredi. Respecté comme une icône de la libération qui s’est exilé après avoir combattu le pouvoir colonial, Mugabe s’est isolé avec le temps et a plongé le Zimbabwe dans la crise économique et politique.