Zimbabwe : 34 éléphants meurent de septicémie hémorragique

Le Zimbabwe soupçonne qu’une maladie bactérienne appelée septicémie hémorragique, serait à l’origine de la mort récente de plus de 30 éléphants, mais effectue des tests supplémentaires pour s’en assurer, a déclaré l’autorité des parcs et de la faune du Zimbabwe. Des autopsies sur certains éléphants morts auraient montré des foies et d’autres organes enflammés.

La mort d’éléphants au Zimbabwe, qui a commencé fin août, survient peu de temps après celle de centaines d’éléphants au Botswana voisin dans des circonstances mystérieuses. Les responsables du Botswana étaient initialement incapables d’expliquer les morts d’éléphants dans ce pays, mais ont depuis blâmé les toxines produites par des bactéries. Selon les experts, le Botswana et le Zimbabwe pourraient abriter environ la moitié des 400 000 éléphants du continent, souvent ciblés par les braconniers.

Le nombre d’éléphants au Botswana et dans certaines parties du Zimbabwe sont à des niveaux historiquement élevés, mais ailleurs sur le continent, en particulier dans les zones boisées, de nombreuses populations sont gravement atteintes, a déclaré Chris Thouless, chef de la recherche à Save the Elephants. « Des populations plus élevées signifient un plus grand risque de maladies infectieuses », a déclaré Thouless, ajoutant que le changement climatique pourrait faire pression sur les populations d’éléphants, au fur et à mesure que l’approvisionnement en eau diminue et que les températures progressent, augmentant potentiellement la probabilité d’épidémies suite à des agents pathogènes.

Le directeur général de l’Autorité de gestion des parcs et de la faune du Zimbabwe, Fulton Mangwanya, a déclaré à une commission parlementaire que jusqu’à présent, 34 éléphants morts avaient été dénombrés. « Il est peu probable que cette maladie à elle seule ait un impact global sérieux sur la survie de la population d’éléphants », a-t-il déclaré. « Les régions du nord-ouest du Zimbabwe ont une surabondance d’éléphants et cette épidémie en est probablement une manifestation, … En particulier pendant la saison chaude et sèche, les éléphants sont stressés par la concurrence pour les ressources en eau et en nourriture

Des autopsies sur certains éléphants morts ont montré des foies et d’autres organes enflammés, a déclaré Mangwanya. Les éléphants ont été retrouvés couchés sur le ventre, laissant penser à une mort subite. Cependant, Vernon Booth, un consultant en gestion de la faune basé au Zimbabwe, a déclaré  qu’il était difficile de chiffrer la population actuelle d’éléphants du Zimbabwe. Il a estimé qu’il pourrait être proche de 90 000, contre 82 000 en 2014, lors de la dernière enquête nationale, en supposant qu’environ 2 000 à 3 000 sont décédés, chaque année, pour diverses raisons.