Zambie : Banda contre le Cobra

La Zambie s’approche de la date fatidique du 20 septembre 2011, fixée pour les élections générales et présidentielles : Rupiah Banda, président sortant, à la tête du MMD (Movement for Multiparty and Démocracy, Michael Sata, leader du Front Patriotique (PF), surnommé le Roi Cobra…

King Cobra contre President Banda : l’affiche des élections présidentielles de Zambie sonne comme un titre de film hollywoodien. Mais quelles sont les chances de chaque parti? Les sondeurs sont divisés, et à 48 heures du scrutin, les jeux paraissent plus que jamais ouverts.

Une croissance économique forte

Bien sûr, la Zambie, qui est l’un des pays les plus pauvres du monde, connaît depuis plusieurs années une croissance économique exemplaire : plus de 6% par an depuis 5 ans ! Cette année, l’embellie économique devrait même lui faire dépasser les 7% de croissance ! Cette bonne santé est ressentie dans tout le pays, même dans les zones rurales, où plus des deux tiers des habitants vivent encore avec mois de 2$ par jour… Rupiah Banda s’appuie donc sur un slogan de continuité : « sécurité, stabilité and prospérité ».

Grand producteur de cuivre, le pays bénéficie de la fermeté des prix des matières premières et d’une forte augmentation des investissements étrangers, tout particulièrement chinois et indiens, qui sont l’un des ressorts de son dynamisme économique.

Mais comme souvent, les impatiences grandissent en même temps que la richesse du pays ! C’est pourquoi Michael Sata propose un programme séduisant, qui tient en quelques mots : « plus de jobs, moins d’impôts et plus d’argent dans vos poches ». Le slogan est à la hauteur de son habileté oratoire, car « King Cobra » est un véritable tribun… Et il a de quoi séduire, même si les choix politiques qui permettront de réaliser ces promesses sont moins évidents. Sa volonté de changement trouve un écho dans la jeunesse urbaine, dont une proportion importante est au chômage, et qui aspire à un meilleur partage des fruits de la croissance…

Mais l’aspiration au changement est réelle…

La longue carrière politique de Michael Sata lui permet de se placer en candidat crédible face au Président Rupiah Banda : il a été ministre sous le géant Kenneth Kaunda, qui gouverna la Zambie depuis son indépendance jusqu’en 1991, où il dut laisser place au défunt Frederick Chiluba. A nouveau, on retrouva alors Michael Sata à divers portefeuilles ministériels. C’est donc un candidat d’expérience qui incarne la volonté de changement : un cocktail qui pourrait se révéler gagnant !

Les hésitations des sondeurs, ou leurs contradictions, rendent les observateurs nerveux : plus personne ne peut prédire avec certitude l’issue des élections. Une seule chose est certaine : leur déroulement devrait être exemplaire. Il sera observé de près par le mauricien Vijay Makhan, qui dirige la délégation de l’OUA : l’ancien secrétaire général adjoint de l’Organisation, spécialiste de la démocratisation en Afrique, était déjà observateur des élections zambiennes en 2001, lorsque Chiluba renversa Kenneth Kaunda : vivra-t-il à nouveau une alternance en Zambie? Les jeux sont ouverts.