Youssoupha : « Mes propos contre Zemmour n’ont rien de répréhensible »

Le rappeur Youssoupha est confronté à une polémique depuis qu’il a mis en ligne une chanson, A force de le dire, où il brocarde le chroniqueur Eric Zemmour. Paroles incriminées : « j’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour ». Le chanteur s’explique dans la presse, se défendant de lancer un appel au meurtre. Le chroniqueur, quant à lui, s’en tient au « silence », excluant « pour l’instant » des poursuites contre Youssoupha.

Comme une traînée de poudre. Le petit couplet assassin de Youssoupha contre le chroniqueur Eric Zemmour s’est vite transformé en polémique sur le Net. A force de le dire, chanson diffusée récemment sur le site Internet du rappeur d’origine sénégalo-congolaise en avant-goût de son nouvel album, fustige la France des amalgames et dénonce la stigmatisation de la banlieue par les médias, écorchant au passage l’éditorialiste controversé qui officie, notamment, sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » et au Figaro. Couplet incriminé : « A force de juger nos gueules, les gens le savent qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit qu’c’est nous, j’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour. »

« Ni meurtre, ni agressions, ni blessures »

La polémique a pris des proportions telles que le rappeur a dû s’expliquer sur ses paroles dans les médias. «Les paroles ne parlent ni de meurtre, ni d’agressions, ni de blessures, a insisté le chanteur, dans un entretien accordé vendredi au Parisien, assurant qu’il n’avait « ni l’envie de le faire tuer ni de le priver de sa liberté d’expression. » « Le faire taire, c’est le remettre en place, le mettre face à ses propres contradictions», a-t-il expliqué.

Dans un autre entretien au Post, le chanteur se défend de vouloir créer le buzz autour de son prochain album en « cassant » du Zemmour : « Déjà, je n’ai pas de CD à vendre en ce moment! Et puis je vis très bien avec la vente de mon dernier album, à 30 000 exemplaires et mes concerts. Je n’ai pas besoin de ça(…) il faut noter que j’ai fait plein de chansons. Si j’avais voulu faire du buzz, j’en aurais consacré une (chanson) entière à Zemmour. Là, c’est une ligne dans une chanson de 100 vers, où je parle de grands leaders d’opinion, d’Obama, du sida, du Moyen-Orient, du Tibet… »

A la question de savoir s’il ne craignait que l’éditorialiste porte plainte contre lui, Youssoupha estime que ce serait « complètement stupide », ne trouvant « rien de répréhensible » à ses propos. Pour sa part, Eric Zemmour s’est curieusement montré très peu loquace sur le sujet. « Je me tiens à un strict silence, j’attends, j’observe », a-t-il déclaré, vendredi, au Parisien, démentant « pour l’instant » avoir l’intention d’engager des poursuites contre le chanteur.

La chanson : « A force de le dire »