Youssou N’Dour métisse mbalax et reggae

Il y a trois ans, Youssou N’Dour sortait Alsaama Day, un album dans lequel le roi du mbalax, du nom de cette musique sénégalaise à laquelle il a converti les mélomanes du monde entier, exhortait à l’effort et à la persévérance.

Dakar-Kingston, l’album qu’il vient de mettre sur le marché doit se situer, côté inspiration dans la suite de celui-ci. Même exhortation au dépassement de soi, mêmes cris de colère face à l’injustice, même verve militante. Le tout porté, cette fois-ci, par les notes guerrière du reggae. Ce n’est donc pas un hasard si le chanteur qui se définit lui-même comme un perfectionniste a préféré délaisser quelque temps son studio de Dakar, pour aller enregistré en Jamaïque, où il a pu bénéficier de l’apport des musiciens du dieu du reggae himself, feu Bob Marley. C’est à Dakhla dans l’extrême-sud marocain, que Youssou N’Dour, venu participer au festival Mer et désert, a lancé, fin février dernier, la promotion international de son nouvel album. Afrik.com l’y a rencontré. Interview filmée.

 

Lire aussi:

Dakhla : entre mer et désert, des concerts de haute facture