Youssou N’Dour et le vice-président de la Banque africaine de développement appellent à la solidarité africaine après le COVID-19

Quelle Afrique après l’épidémie de Coronavirus, telle était la question posée lors d’un webinaire organisé par le Conseil économique, social et culturel de l’Union africaine (AU-ECOSOCC) et la Division de la société civile et de l’engagement communautaire de la Banque africaine de développement pour marquer la Journée de l’Afrique 2020.

Le chanteur et activiste sénégalais Youssou N’Dour, le ministre zambien de la Santé, le Dr Chitalu Chilufya et le vice-président de la Banque africaine de développement, le Dr Jennifer Blanke, ont participé à une session extraordinaire en ligne, tenue le 26 mai. Dans le cadre d’une série de webinaires de sensibilisation COVID-19 lancée en avril qui vise à informer et à responsabiliser les citoyens africains sur les réponses appropriées à l’épidémie de coronavirus, le forum en ligne a attiré des centaines de participants des sphères politique, de la société civile et du développement qui se sont connectés à travers le continent ainsi que l’Amérique du Nord, Israël, l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie et l’Australie.

Au cours de la session, le ministre Chilufya a évoqué la nécessité d’une coordination cohérente entre toutes les parties prenantes afin d’atténuer l’impact du virus sur la santé des Africains et d’assurer un avenir économique meilleur : «Nous pensons qu’une population en meilleure santé est productive et dirigera l’agenda financier d’une nation. Investir dans le capital humain est désormais impératif. Pour cela, la Zambie a adopté une approche multidimensionnelle qui inclut tous les secteurs; organisations de la société civile, organisations gouvernementales, organisations politiques, universités, organisations de médias, chefs religieux, membres du public. Ils jouent tous un rôle dans la durabilité d’un pays », a déclaré Chilufya aux participants.

Le Dr Jennifer Blanke, vice-présidente de la Banque africaine de développement pour l’agriculture, le développement humain et social, a déclaré que la crise du COVID-19 pourrait exacerber les inégalités en matière d’éducation, de santé et d’emploi qui existent sur le continent. Elle a souligné l’importance de travailler ensemble après la crise, en se concentrant sur les jeunes et les femmes d’Afrique : «Nous devons exploiter le talent de l’Afrique. Tant de femmes africaines ont de bonnes idées mais ne peuvent pas obtenir de financement. La Banque africaine de développement a une initiative qui soutient les femmes entrepreneurs talentueuses (https://bit.ly/371OVGE) pour faire de leurs idées commerciales une réalité », a-t-elle déclaré.

« En outre, les jeunes en Afrique sont une véritable force de progrès; ils voient partout des défis qui sont en fait des opportunités commerciales. Ils comprennent comment utiliser la technologie pour aider l’Afrique à passer à de meilleurs services. Tout comme les services bancaires mobiles ont surmonté le manque d’agences bancaires, la pénurie de médecins dans de nombreux domaines peut être corrigée avec des solutions de télémédecine et d’autres entreprises », a ajouté Blanke.

Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l’Union africaine, a émis une note similaire: «Nous devons également soutenir les femmes et les jeunes dans la lutte contre COVID-19. Dans des moments comme celui-ci, la solidarité est plus importante que jamais. [Selon les mots de] Kwame Nkrumah, les forces qui nous maintiennent ensemble en tant qu’Africains sont de plus en plus grandes que les forces qui nous séparent », a-t-il déclaré.

Le lauréat d’un Grammy Award et ancien ambassadeur de bonne volonté des Nations Unies, Youssou N’Dour, a déclaré que l’Afrique devrait se concentrer sur la sensibilisation aux objectifs de développement, en utilisant l’influence d’artistes célèbres. «Nous devons compter sur le secteur culturel, sur des événements comme les concerts, car ils ajoutent de la valeur. Des artistes influents peuvent par exemple aider la Banque à atteindre ses High 5. Imaginez utiliser des artistes bien connus comme ambassadeurs qui travaillent et coopèrent avec ceux sur le terrain, sur le terrain. Imaginez le nombre de personnes qu’elles pourraient toucher avec leurs messages », a déclaré l’artiste sénégalais

Le continent devrait saisir l’occasion présentée par COVID-19 pour mobiliser ses ressources pour l’avenir, a déclaré Vanessa Moungar, directrice du Département Genre, femmes et société civile de la Banque. «Maintenons cet élan et continuons à construire un modèle de développement social et économique basé sur la participation communautaire et l’intégration régionale. Un partenariat solide entre les gouvernements et la société civile est essentiel. S’engager avec la société civile signifie pouvoir toucher les gens au bas de la pyramide et améliorer l’impact des actions de développement », a déclaré Moungar aux participants à la clôture du webinaire.

La Banque et l’UA-ECOSOCC prévoient deux autres séries de webinaires de sensibilisation au COVID-19 portant sur la jeunesse et l’éducation en Afrique.