Yaoundé, capitale Internet de l’Afrique

La deuxième édition du salon camerounais des Nouvelles technologies, Yaoundé Net Com 2002, a ouvert ses portes jeudi 28 février au Palais des Congrès de la capitale. L’événement vise à diffuser les nouvelles technologies auprès des professionnels et des particuliers.

Le Palais des Congrès de Yaoundé accueille, depuis jeudi, la deuxième édition du salon des Nouvelles technologies de l’information et des télécommunication (NTIC). Yaoundé Net Com 2002 se veut la vitrine et le promoteur de l’Internet au Cameroun et dans la sous-région. Un événement gratuit, ouvert à la fois au grand public et aux professionnels.

L’année dernière, ce sont plus de 50 000 visiteurs sur trois jours qui s’étaient déplacés pour l’occasion. Les organisateurs espèrent aujourd’hui faire mieux, même si la date du salon, qui devait coïncider avec la fête de la jeunesse au Cameroun, a dû être repoussée à cause de la Coupe d’Afrique des nations. Le foot roi, surtout avec l’issue que l’on sait (la victoire de Lions Indomptables), aurait complètement éclipsé la manifestation.

Pour le public et les professionnels

Un espace de 3 350 mètres carrés est destiné au public. Une grande exposition vente où chacun pourra voir, choisir, tester les matériels. Un espace est également réservé aux acteurs de l’Internet camerounais qui aborderons au cours de tables rondes les problèmes qu’ils rencontrent et les solutions pratiques qu’il faudrait mettre en oeuvre. Des solutions contextualisées aux réalités africaines.

Parallèlement un forum innovation donnera l’occasion a certaines entreprises de montrer leur savoir faire auprès de leurs pairs à travers la présentation de leurs produits et de leurs applications. Les jeunes entreprises NTIC auront aussi le loisir d’échanger leurs expériences dans le cadre d’un  » Focus  » qui leur est destiné. Enfin le désormais traditionnel concourt de start-up désignera et récompensera les meilleurs projets 2002. Un coup de pouce pour leur permettre de se concrétiser. La fête est complète et s’impose comme un grand rendez-vous de l’Internet en Afrique centrale.