Wade tous azimuts

Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, est sur tous les fronts. Sa dernière trouvaille est la création d’un Pacte africain contre le terrorisme. Jusqu’à preuve du contraire, le Continent a d’autres priorités plus urgentes. Depuis Paris, il lance l’idée d’une alliance avec les Etats-Unis et l’Europe contre  » la menace planétaire « .  » Une coalition mondiale contre le terrorisme est en train de se former. Les pays occidentaux ont un front organisé qui est l’OTAN. J’ai pensé que les pays africains, à leur tour, au-delà de la simple déclaration verbale, doivent s’engager par des actions directes dans une lutte planétaire « .

Tout en reconnaissant que les Africains  » ne sont pas des terroristes, ni des pirates de l’air « , il entend participer, avec les alliés, à cette nouvelle guerre. A moins d’être visionnaire, et il n’y a aucune raison de ne pas le croire, Wade semble prendre de l’avance sur un phénomène inexistant en Afrique noire. A part l’Algérie, et dans une moindre mesure l’Egypte et le Maroc, le Continent est plutôt préservé sur ce plan-là. L’attaque des ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya ne visait nullement les pays africains. D’ailleurs, le seul dirigeant à abonder dans le même sens est le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Mais celui-ci a toutes les raisons d’appeler à une coopération internationale : plusieurs responsables islamistes bénéficient de statut de réfugiés politiques dans les capitales européennes, notamment à Londres.

Alors, qu’est-ce qui fait courir Wade ? L’Afrique entière a applaudi à son plan Omega. L’axe Johannesburg-Lagos-Pretoria a accepté de faire une fusion avec l’autre plan, Millenium. C’est lui-même qui est désigné pour être ambassadeur de la  » Nouvelle initiative africaine ». Certains dirigeants africains risquent de lui reprocher son excès de zèle auprès des Occidentaux. Nombreux sont ceux qui veulent se tenir à l’écart de la Nouvelle Guerre. Pourquoi Abdoulaye Wade juge-t-il indispensable de s’y inscrire?