Wade enfant de Senghor ?

Les obsèques officielles de Léopold Sédar Senghor à Dakar ont été l’occasion pour le Président Abdoulaye Wade d’un grand discours d’hommage au premier président du Sénégal. Décryptage.

L’histoire politique retient les oppositions, les désaccords, les affrontements. La réalité des hommes est parfois bien différente… Aux yeux du monde entier, le successeur et fils spirituel de Senghor, au Sénégal, c’était Abdou Diouf, qui présida presque vingt ans le pays à la suite de poète-président. Et certes, il eut sa place dans le déroulement des obsèques organisées par l’Etat sénégalais. Mais c’est avec un réel intérêt que les chefs d’Etat et de gouvernement présents ont découvert, pour la plupart, la dette que lui reconnaît également Abdoulaye Wade, actuel président, victorieux d’Abdou Diouf aux dernières élections.

Le fils spirituel

Plaçant son action dans la ligne de celle de Léopold Sédar Senghor, le Président Wade a évoqué en lui l’un de ces  » pionniers  » du grand combat pour la reconnaissance universelle des cultures noires,  » isolés dans un monde intellectuellement et culturellement écrasant d’où il n’était pas facile d’émerger « . Et de se souvenir de la conférence prononcée à Dakar en 1937, que le jeune agrégé de grammaire auréolé de ses succès universitaires à Paris commença par ces mots, qui prenaient à rebrousse-poil un auditoire ce jour-là principalement blanc, et firent frémir ses frères noirs présents dans l’assistance :  » C’est en paysan du Siné que je comptais vous parler ce soir…  »

Et certes, le combat de Senghor et de Césaire,  » ces deux agrégés nègres « , fut d’abord et avant tout cette formidable affirmation de la valeur de leur héritage culturel propre… Dont le succès est tel qu’aujourd’hui  » l’Afrique inspire largement le monde par ses apports multiformes dans la poésie, la littérature, la musique, la sculpture et la perception de l’autre « …

Récupération politique et devoir d’Etat

Plus encore, Abdoulaye Wade a tenu à rappeler l’engagement actif de Senghor pour l’Unité africaine, soulignant que seul de tout le continent il avait fait inscrire d’emblée dans la constitution sénégalaise l’option panafricaine, prévoyant explicitement que le pays était  » prêt à aliéner son indépendance à toute forme d’unité politique de l’Afrique « . Engagement de visionnaire pour la constitution de cet  » Exécutif africain  » qu’il appelait de ces voeux !

Belle leçon de politique, diront les sceptiques :  » Wade voulait récupérer Senghor « … Et ils ne furent pas rares ceux qui, à mi voix, laissèrent perler un peu d’ironie sur ce ralliement spectaculaire de l’éternel opposant ! Mais belle leçon de vérité aussi, diront les optimistes. Vient un moment où, devant la mort, les comptes sont faits, et où l’on mesure en conscience ce que l’on doit à celui que l’on perd. Dans cette optique, il revenait au Chef de l’Etat sénégalais de rendre à Senghor cet hommage. C’était plus qu’un devoir politique, c’était un devoir d’Etat. Et il faut reconnaître que Wade ne s’en est pas mal tiré…