Vulgariser Internet auprès des jeunes du Gabon

Laure Olga Gondjout

Plus de 800 jeunes élèves et étudiants ont participé aux journées d’initiation à l’internet organisées à la foire de Libreville le week-end dernier par le ministère de la communication, des postes et des nouvelles technologies de l’information, en partenariat avec l’agence de régulation des télécommunications.

Notre correspondant à Libreville

Laure Olga GondjoutLe thème principal des journées d’initiation à l’internet était « connecter les jeunes ». Elles avaient pour objectif, selon la ministre de la communication Laure Olga Gondjout, d’amener la jeunesse gabonaise à s’approprier et à domestiquer Internet afin d’enrichir et d’améliorer les possibilités de communication au Gabon. « Mais aussi, Internet doit être pour vous un support de recherche pour parfaire vos connaissances scolaires et universitaires » a ajouté la ministre avant d’appeler la jeunesse à faire preuve de discernement et de responsabilité. « Pour votre épanouissement et votre meilleure insertion dans la société, je vous invite à faire un bon usage de cet outil puissant, utile mais à la fois dangereux » a-t-elle précisé.

Pour Russen Moussavou élève en classe de troisième dans un lycée de Libreville, ces journées d’initiations à l’internet sont une occasion inestimable pour des centaines de jeunes comme lui issus des familles pauvres de pouvoir profiter de la connexion internet gratuite.

Le coût de la connexion reste discriminant

internetGabon.jpgNombreux sont les jeunes qui pensent aussi que le coût de la connexion internet est encore discriminatoire au Gabon et réservé pour une catégorie d’adolescents dont les parents sont les plus riches du pays[[Le coût horaire de la connexion à Libreville est de 500 FCA l’heure.]]. D’autres jeunes comme Blaise Eyang, habitant un quartier sous intégré de Libreville, ont touché l’ordinateur pour la première fois lors de ces journées d’initiation à l’internet. « Je suis très heureux de savoir les facilités de communication que nous offre internet et les implications non moins importantes sur nos études mais, nous regrettons l’absence d’une politique sociale susceptible de rendre cet outil accessible à un grand nombre d’adolescents », a déclaré le jeune Blaise Eyang.

Rappelons que ces journées de connexion internet libre ont connu également la participation des opérateurs de téléphonie mobile qui ont offert beaucoup de cadeaux aux jeunes à travers les jeux de questions-réponses. Rendez-vous a été pris pour l’année prochaine au tour d’un nouveau thème. Rappelons aussi que ces journées répondaient au besoin de l’Union Internationale de la Communication de voir chaque Etat s’impliquer dans la promotion des nouvelles technologies de l’information.