Vol MH370 : un débris trouvé à Maurice vient du Boeing disparu

Le débris composite retrouvé sur l’île Maurice « était une partie du flanc arrière du Boeing 777, volet extérieur, provenant de l’avion de Malaysia Airlines enregistré sous le numéro 9M-MRO ».

On en sait un peu plus sur la disparition du vol de la Malaysia Airlines. Un bout d’aile d’avion retrouvé au mois de mai dernier sur l’île de l’océan indien provient de l’avion du vol MH370 disparu en 2014. Le Bureau australien de la sécurité et des transports (ATSB), a indiqué, ce vendredi 7 octobre 2016, que le débris composite retrouvé sur cette île de l’océan Indien « était une partie du flanc arrière du Boeing 777, volet extérieur, provenant de l’avion de Malaysia Airlines enregistré sous le numéro 9M-MRO (MH370) ».

Blaine Gibson, un avocat de Seattle, a parcouru le monde pour essayer de résoudre le mystère du MH370. Il aurait trouvé des débris à Madagascar.
Selon des simulations établies par des scientifiques, les restes du vol MH370 disparu il y a plus de deux ans pourraient se trouver jusqu’à 500 km plus au nord de la zone où sont menées actuellement les recherches.

Après qu’une partie du capot du moteur du Boeing de la Malaisie Airlines ait été trouvée en Afrique du Sud, en décembre dernier, de nouveaux débris de la carlingue disparue avaient été trouvés sur l’Ile Maurice et au Mozambique en mai 2016. Selon les autorités australiennes, les débris retrouvés en Afrique du Sud et à Maurice proviennent « quasi-certainement » du vol MH370.

L’avion avait décollé de Kuala Lumpur avec 239 personnes à bord, dont 227 passagers, en direction de Pékin. Le contrôle aérien avait perdu le contact avec l’avion à quelques heures après son décollage. Le Vietnam avait affirmé que l’avion s’était volatilisé dans son espace aérien et lancé des recherches après avoir détecté en mer des traces de carburant. La Malaisie avait révélé que deux passagers à bord de l’avion avaient des passeports européens volés en Thaïlande.

Les ministres de trois pays engagés dans les recherches de l’avion (Australie, Malaisie, Chine) avaient indiqué en juillet que les espoirs de le retrouver s’amenuisaient et que les opérations recherches seraient bientôt suspendues, à moins d’un rebondissement.