Viols et tentatives de viol : le Marocain de Paris ciblait « des femmes porteuses de jupe »

Un ressortissant marocain de 34 ans a été identifié comme étant le suspect numéro un dans deux affaires de viol et deux autres de tentative de viol commis à Paris. Les détails.

C’est après six ans d’enquête, révèle Le Parisien, qu’un boulanger parisien a été identifié comme étant le suspect numéro un dans deux affaires de viol et deux autres de tentative de viol, qui, selon le journal français, ont été commis à Paris au début des années 2010.

Les faits, selon Le Parisien, remontent au début des années 2010, plus précisément entre mai 2012 et juin 2013 dans le XXe arrondissement de la capitale française. Et c’est le 15 avril dernier, que le parquet de Paris a demandé son renvoi devant les assises, alors que l’homme est en détention provisoire depuis février 2019.

Il s’agit d’un Marocain de 34 ans, qui avait une curieuse façon de se comporter. Au petit matin, avant de commencer son travail dans une boulangerie, ilrodait dans les rues de Paris à la recherche de femme ou fille à agresser. L’homme est soupçonné de s’en être pris à des femmes qui marchaient seules.

Revenant sur les faits, Le Parisien détaille : « chaque fois, le boulanger suivait ses victimes, des femmes porteuses de jupe, puis se jetait dessus, parvenant, la plupart du temps, à les plaquer au sol, avant de les pénétrer digitalement, ou de tenter de le faire ».

Identifié grâce à un téléphone portable perdu sur un des lieux du crime, l’homme, toujours selon Le Parisien, a été retrouvé en janvier 2018, en Espagne, précisément à Saragosse, où il vivait. Marié et père de deux enfants en bas âge, il a été extradé vers la France.

Le boulanger, qui a été confondu grâce à son ADN, a reconnu des attouchements aux fesses sur trois victimes, mais nie tout viol et tentative de viol.