Viols d’enfants par des soldats : des « tirs ailleurs » en Centrafrique

Ce ne sont pas seulement des soldats français qui sont impliqués dans l’affaire de viols d’enfants en Centrafrique, des soldats tchadiens et équato-guinéens sont accusés par un rapport de l’ONU d’abus sexuels sur mineurs.

Alors que des militaires français sont déjà mis en cause, des soldats tchadiens et équato-guinéens sont accusés par un rapport de l’ONU d’abus sexuels sur des enfants en Centrafrique.

Selon le site Camer, il s’agit de trois soldats tchadiens et deux équato-guinéens, a indiqué la co-directrice de l’ONG américaine Aids-Free World, Paula Donovan, qui a consulté le rapport et l’a communiqué au journal britannique The Guardian.

La co-directrice de l’ONG Aids-Free World révèle qu’un des enfants cité dans ce rapport interne de l’ONU « a témoigné avoir vu son ami être sodomisé par deux soldats tchadiens pendant qu’un troisième faisait le guet ». Toujours selon le site qui cite Paula Donovan, un autre enfant interrogé par les enquêteurs de l’ONU a déclaré avoir vu son copain, âgé de 9 ou 10 ans, en compagnie de deux soldats de le Guinée équatoriale. « Son ami a fait une fellation et a été sodomisé par un des soldats tandis que le second faisait le guet, puis les deux militaires ont échangé leurs places ».

Mme Donovan d’ajouter que certains des enfants qui ont témoigné donnent des prénoms de soldats, d’autres des noms qu’ils ont entendus dans des conversations entre leurs agresseurs, d’autres encore des informations sur les fonctions qu’assuraient ces militaires. Précisant que « la plupart ont pu fournir des descriptions physiques détaillées des soldats ».

Déployés en Centrafrique où ils étaient chargés de sécuriser les lieux et éventuellement de mettre fin aux exactions commises par les anti-balaka et autres séléka, ces soldats sont accusés d’avoir tiré ailleurs que sur leurs cibles.