Viols commis par des casques bleus : la campagne choc de l’ONU en RDC !

La Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (MONUSCO) a lancé ce lundi une campagne choc contre les violences sexuelles sur mineurs à l’attention de ses employés. Une initiative qui intervient à la suite de la démission du chef de la MONUSCO en Centrafrique.

Après les scandales de viols qui ont éclaboussé les employés de l’ONU en Centrafrique et en République démocratique du Congo (RDC), la mission onusienne en RDC a lancé ce lundi une campagne choc contre les violences sexuelles sur mineurs à l’attention de ses employés afin de dissuader de commettre de telles atrocités. Menée en français et en anglais, cette campagne est en ligne sur le site de la MONUSCO, ainsi que sur les réseaux sociaux.

La tolérance zéro est au coeur de cette campagne. Plusieurs photos avec des phrases chocs ont été publiées. Ainsi on peut lire sur l’une des photos,  » elle pourrait être ta fille, pas de relations sexuelles avec les enfants » ou encore  » les relations sexuelles avec les mineurs sont un crime ». L’ONU est allée encore plus loin en publiant la photo d’un préservatif avec le sigle de l’institution. Sur la photo, on pouvez lire ceci :  » Ceci n’est pas un laisser-passer pour la prostitution ».

Une campagne qui n’a pas laissé indifférent puisque des internautes ont manifesté leur soutien à l’institution »: « Cette nouvelle campagne de la MONUSCO contre les violences est à saluer. Toutefois il est dommage qu’il en faille une puisque l’ONU est censé protéger et pas agresser », précise l’un d’entre eux. En colère, certains internautes, souhaitent le départ de la MONUSCO de la RDC estimant qu’elle n’a pas remplie sa mission.

La campagne et la démission du chef de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) ne sont pourtant pas liés selon une source de la Monusco qui précise que la campagne était prévue bien avant et qu’elle s’inscrit dans le cadre de ses activités régulières de prévention. Le 12 août dernier Babacar Gueye, le chef de la Minusca, a quitté son poste à l’ONU après une série d’accusations d’abus sexuels sur des enfants par des Casques bleus en Centrafrique.

A plusieurs reprises la mission de l’ONU a été accusée d’agressions sexuelles, essentiellement envers les mineurs. Il y a 10 ans, une affaire d’abus sexuels sur des filles de 13 ans avait totalement discrédité l’ONU en RDC.