Violents affrontements à Grand-Bassam en Côte d’Ivoire

Plusieurs personnes ont été blessées et deux seraient décédés mardi dans la ville de Grand-Bassam, à 15 km au sud-est d’Abidjan, à la suite de violents affrontements ayant opposé des partisans du président Laurent Gbagbo à l’opposition au sujet des audiences foraines.

Des Jeunes patriotes, milice civile proche du clan présidentiel, ont dressé des barricades sur différentes artères de la ville pour barrer la route à ceux qui voulaient prendre part aux audiences foraines censées permettre l’identification des populations et des électeurs
pour l’élection présidentielle du 30 octobre.

« Il y a eu cinq blessés grave. Deux dans le camp des jeunes
Houphouétistes et trois du côté des Jeunes patriotes. Les jeunes Houphouétistes ont capturé trois de leurs adversaires et les ont battus avant de les conduire au commissariat de police », a indiqué à la Pana un correspondant de presse local.

Des sources médicales ont confirmé l’information, mais elle font état de seulement « deux blessés graves ». D’autres parlent de deux morts. Les choses revenaient peu à peu à la normale vers la fin de l’après-midi, selon des habitants, après que l’armée et la police aient occupé les artères de la ville pour rétablir le calme.

La tension est actuellement vive en Côte d’Ivoire, où des
affrontements opposent fréquemment les partisans du chef de l’Etat dans plusieurs villes du pays à ceux de l’opposition sur la question des audiences foraines. On a même enregistré de nombreux morts à Divo (centre) auxquels s’ajoutent les deux notés ce mardi à Grand-Bassam.

Dans un discours radiotélévisé, le Premier ministre Charles Konan Banny a affiché sa ferme volonté de poursuivre l’opération d’audiences foraines en dépit des appels au boycott lancés par le Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo.