Violente manifestation des étudiants de l’Université de Niamey

De violents échauffourés ont opposé jeudi les étudiants aux forces de l’ordre aux abords du campus faisant une quarantaine de blessés dont six cas graves selon un
responsable de l’Union des étudiants nigériens de l’Université de Niamey (UENUN).

Les étudiants, qui étaient descendus en ville, ont momentanément occupé le ministère des Enseignements supérieur et secondaire de la Recherche et de la Technologie pour exiger du gouvernement le paiement d’arriérés de bourse et l’amélioration de leurs
conditions d’études.

« Les étudiants ont encerclé le ministère, personne ne pouvait entrer ou sortir. Ils ont par la suite cassé une dizaine de véhicules dont celui du ministre des Enseignements supérieurs et secondaires et ont pris la fuite avant l’arrivée des forces de sécurité », a témoigné un fonctionnaire du ministère.

« Nous défendons notre plate-forme revendicative générale. Cela fait six mois que nous n’avons rien perçu du gouvernement comme bourse au moment où les hautes autorités de ce pays s’octroient entre 10 à 12 millions de francs CFA comme fonds politiques par semaine. Est-ce que cela est normal dans un Etat de droit ? », s’est demandé Ibrahim Abarchi, secrétaire chargé de presse de
l’UENUN.

Il a indiqué que les étudiants vont continuer à poser des actes individuels un peu partout dans la ville de Niamey jusqu’à satisfaction des revendications. « Les activités académiques sont suspendues. Plus de cours, ni devoirs ni examen. Tout est bloqué jusqu’à nouvel ordre », a-t-il dit sur une radio privée.

Le secrétaire général du ministère des Enseignements supérieurs et secondaires a dénoncé la mauvaise foi des étudiants, soulignant que la question du paiement des bourses était pratiquement résolue quand ils ont engagé les manifestations.