Violences sexuelles dans les Grands Lacs : la Banque mondiale débloque 107 millions de dollars pour les victimes

La Banque mondiale a décidé de débloquer 107 millions de dollars pour trois pays des Grands-Lacs, la République démocratique du Congo, le Rwanda, et le Burundi pour faire face aux violences sexuelles dont les femmes sont victimes.

La Banque mondiale a approuvé jeudi le versement de 107 millions de dollars à trois pays de la région des Grands Lacs : la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda et le Burundi pour venir en aide aux victimes de violences sexuelles.

Ces fonds permettront d’apporter une aide psychologique, sanitaire et économique aux personnes ayant survécu à des « agressions sexuelles ou basées sur le genre », indique l’institution dans un communiqué.
Selon la Banque Mondiale, ce projet bénéficiera à plus de 640 000 femmes, dont plus de la moitié vivent en RDC où les violences sexuelles se sont propagées à la faveur du conflit entre l’armée et des groupes rebelles dans l’Est du pays. Les 107 millions -dont 74 iront à la RDC- doivent principalement servir à améliorer dans ces trois pays les services et centres de santé qui sont souvent le « principal lieu de destination » pour les victimes de violences sexuelles, écrit la Banque mondiale dans son communiqué.

Selon les Nations Unies, 3 635 personnes, dont une écrasante majorité de femmes, ont été victimes de violences sexuelles en RDC entre janvier 2010 et décembre 2013. « Nous travaillerons sans relâche pour améliorer le sort des femmes et des jeunes filles dont la sécurité, la santé et l’avenir ont été tragiquement compromis », a affirmé Makhtar Diop, vice-président de la BM pour l’Afrique.