Vieira : le souffle et la révolte du verbe angolais.

Le roman Joao Vencio : ses amours est une description crue de la vie des banlieues de Luanda, parmi lesquelles pousse, improbable, cachée, étouffée sitôt découverte, la fleur d’une amitié intense entre deux enfants, l’un voyou et l’autre pur.

Jose Luandino Vieira, c’est d’abord un destin : né en 1935 au Portugal, il a passé son enfance dans les quartiers populaires de Luanda où ses parents avaient émigré. En 1961, il a été condamné à quatorze ans de prison pour avoir soutenu le mouvement de libération angolais, et déporté aux îles du Cap Vert, il y a écrit la majeure partie de son oeuvre. Ce n’est qu’en 1975, l’Angola ayant enfin acquis son indépendance, que José Luandino Vieira peut regagner son pays. Il se partage désormais entre Luanda et le Portugal.

Avec Joao Vencio : ses amours, publié en 1979, et dont les éditions Gallimard ont donné en 1998 une traduction inédite du Portugais signée Michel Laban, Vieira réussit une oeuvre magistrale : petit livre haletant où la langue se prête à toutes les foucades de l’enfance, épousant les détresses et les rêves d’une jeunesse abandonnée à elle-même et dont les jeux tragiques s’inscrivent délibérément en marge du monde adulte.

La mort surgit, inévitable, ravageuse, et c’est l’injustice et l’abandon insupportable pour Joao Vencio, qui poursuit seul une course de plus en plus désespérée en marge d’une société à laquelle il refuse de s’adapter. La peinture de cette existence qui avance à l’aveugle est bouleversante : Vieira met à son service une langue jeune et sauvage, carambolages de mots, de phrases, d’inventions verbales appuyées sur l’oralité portugaise de l’Angola. La traduction parvient à rendre cette prolifération du langage, où les paroles s’incarnent pour dévider le fil d’une sensibilité écorchée par l’amour d’une femme. On reste le souffle coupé sur les dernières phrases de ce témoignage tragique où se construit un destin éphémère :  » Il a de ces questions, ce mouadié !… La vie, ce serait des perles séparées sur le fil ? Une couleur pour chacune et, toutes ensemble, les couleurs ? Non monsieur !… L’homme est tout entier dans chaque chose qu’il fait -chaque couleur est l’arc-en-ciel.  »

Commander le livre : Gallimard