Vente de SFR : quand Bouygues courtise Dassault et le Qatar !

Martin Bouygues cherche des partenaires pour améliorer son offre de rachat de SFR. Son adversaire Numericable garde une longueur d’avance. Ce 4 avril, Vivendi devra dire s’il vend SFR à Numericable ou s’il étudie l’option de Bouygues.

Martin Bouygues joue son va-tout. Le PDG de Bouygues cherche des partenaires pour améliorer son offre de rachat de SFR. Son adversaire Numericable garde une longueur d’avance. Ce 4 avril, Vivendi devra dire s’il vend SFR à Numericable ou s’il étudie l’option de Bouygues.

Il ne reste que cinq jours au PDG de Bouygues pour tenter de renverser la tendance et remporter SFR, mis en vente par Vivendi. Depuis le 14 mars, le géant des télécommunications et des médias est entré en négociations exclusives avec Numericable pour lui céder le contrôle du deuxième opérateur mobile français. Ce 4 avril, Vivendi devra dire s’il vend SFR à Numericable ou s’il étudie l’option de Bouygues.

Depuis quinze jours, le groupe de BTP aurait multiplié les contacts tous azimuts pour trouver des nouveaux partenaires susceptibles de racheter la part de 21% que Vivendi conservera dans Bouygues-SFR. Des sources évoquent que le fonds souverain du Qatar a été approché et discute avec Bouygues pour soutenir financièrement son projet. La position de l’émirat se révèle délicate alors qu’il est déjà actionnaire de Vivendi, le vendeur.

Martin Bouygues chercherait aussi parmi les grandes fortunes françaises pour rejoindre les Pinault et Decaux, déjà à ses côtés. Des informations stipulent que la famille Dassault a été sollicitée pour participer. Information qui n’a pas été démentie du côté de Bouygues.