Vanessa et Yannick, premier couple noir sur la glace olympique

Le couple de patineurs français Yannick Bonheur et Vanessa James a électrisé le public la semaine dernière à Vancouver où se tiennent les jeux Olympiques d’hiver. Quatorzième à la fin de la compétition après une mémorable prestation au son de Roméo et Juliette, le duo français a reçu une standing ovation et est rentré dans l’histoire olympique en étant le premier couple noir engagé en patinage artistique. Découverte du duo « 100% noir » qui a failli ne jamais naître.

Bien que n’ayant pas eu de médaille à ces jeux Olympiques d’hiver de Vancouver, au Canada, le couple de patineurs français Yannick Bonheur et Vanessa James est entré dans l’histoire comme étant le premier couple noir dans une compétition de patinage artistique durant les JO. Ils ont su également conquérir le public canadien, notamment Vanessa qui est née au Canada. Ils ont été longuement applaudis à la fin de leur programme libre et ont fini à la quatorzième place, la même place que Yannick avait obtenu avec Marylin Pla, son ancienne partenaire, aux JO de Turin.

Malgré le standing ovation du public, ce résultat reste pour eux une déception car leur objectif était de rentrer dans le top 10 mondial. Mais Vanessa James reste optimiste. « On place tous nos espoirs sur les Jeux de 2014. On vient tout juste de commencer notre carrière ensemble », a-t-elle expliqué à l’issue de leur programme libre. En effet ce n’est qu’un début pour ce duo qui ne patine ensemble que depuis deux ans. Il faut du temps pour s’accorder et trouver son rythme à deux (les Chinois, nouveaux champions olympiques patinent ensemble depuis 18 ans).

Le duo n’aurait d’ailleurs jamais pu voir le jour. Bien qu’ayant déjà représenté la France dans diverses compétitions internationales, Vanessa, de nationalité anglaise par son père et canadienne par sa mère, avait besoin d’un passeport français pour représenter l’Hexagone. L’athlète l’obtiendra quelques jours avant Noël, au bout de deux ans de procédure et cela seulement après l’intervention de la Commission nationale de sport de haut niveau. La sélection du couple n’a donc été confirmée que le 1er février, à moins de quinze jours des Olympiades de Vancouver !

D’origine martiniquaise, Yannick Bonheur, 28 ans, n’est pas nouveau dans le paysage sportif français. Il participe au championnat de France en couple depuis 2002. Avec sa partenaire Vanessa James, il est l’actuel champion de France en couple (2010), titre qu’il a déjà eu en 2005, 2006 et 2007 avec son ancienne partenaire Marilyn Pla. Mais la carrière prometteuse de ce patineur aurait pu s’arrêter en 2007 avec le départ à la retraite de cette dernière.

Coup de foudre professionnel

Après des mois de recherche et plusieurs essais infructueux avec diverses patineuses, Yannick Bonheur – son nom lui portera chance – va rencontrer l’Anglaise Vanessa James à la suite d’une annonce déposée sur le site IcePartnerSearch (une sorte de Meetic pour patineurs). Entre eux c’est le coup de foudre professionnel. « Le feeling est tout de suite passé. Une semaine plus tard, je m’installais en France, chez Yannick (ils résident tous les deux à Charenton, en région parisienne, chez les parents de Yannick) », raconte la jolie patineuse. C’était en décembre 2007. Malgré la barrière de la langue – Vanessa ne parlait aucun mot de français -, 10 jours plus tard, le couple se présente à un gala amateur à Courchevel.

Quant à Vanessa James, 23 ans, elle a été la première championne noire anglaise de patinage artistique en 2005. L’athlète a défrayé la chronique en Angleterre en janvier 2008, quand elle a annoncé ne plus vouloir participer à la compétition en solo afin de se consacrer à la compétition en couple. Dans la foulée, elle indiquait son intention de devenir française pour participer aux Olympiades avec Yannick alors que la fédération britannique espérait la voir participer aux Jeux sous la bannière britannique (solo et duo).

Sa sœur jumelle Melyssa James, elle aussi championne de patinage en Grande-Bretagne, dit « ne pas être surprise de la décision de sa sœur, car cela représente une chance unique et une très grande opportunité pour Vanessa ». Toujours est il que le duo Vanessa et Yannick fait son entrée dans les compétitions internationales à partir de la saison 2008- 2009. Malheureusement lors des championnats de France, Yannick se blesse pendant le programme court. Il parvient tout de même à terminer cette épreuve mais ils doivent renoncer à patiner au programme libre, et à reconquérir le titre national.

Retour sur le devant de la scène

Longtemps absents des compétitions pour cause de blessures, ils reviennent au devant de la compétition pour les championnats d’Europe à Helsinki en janvier 2009. Pour leurs premiers championnats d’Europe ensemble, ils prennent la dixième place, juste derrière les nouveaux champions de France, Adeline Canac et Maximin Coia. En mars 2009, ils sont sélectionnés pour les championnats du monde à Los Angeles, avec un programme presque sans faute (ils ont eu droit à l’une des trois standing ovation du public). « Cela reste notre plus beau souvenir : on avait mal démarré la compétition mais notre programme libre sur Roméo et Juliette a séduit la foule. C’était notre première standing ovation », a confié Yannick. Ils continuent ainsi leur préparation en multipliant les stages à l’étranger sous la houlette des meilleurs chorégraphes et en prenant part à des compétitions internationales. Parmi lesquelles, le trophée mondial par équipes (ils sont 5e) qui apportera huit points à l’équipe de France, quatrième de la compétition, derrière les Etats-Unis, le Canada et le Japon. 2010 est une année décisive pour eux, ils réussissent à reprendre le titre de champion de France, et à se classer septième au championnat d’Europe de Talinn en janvier, avant d’aller à Vancouver pour les Olympiades.

Derrière leur jeunesse et leur sourire, se cache un duo motivé, discipliné, qui s’entraîne au moins quatre heures par jour à la patinoire de Bercy, ne boit jamais d’alcool, respecte ses heures de sommeil et a déjà un statut de superstar Outre-atlantique. Dès leurs arrivée en Colombie britannique, Vanessa et Yannick ont été pris d’assaut par les médias. Ils représentent des modèles pour d’autres patineurs. « Nous avons effectivement été approchés par plusieurs personnes qui étaient venues des Etats-Unis pour regarder les JO. (…) Ils nous ont dit que leurs enfants faisaient du patinage grâce à nous », a confié Vanessa James à la presse canadienne. « Ils voient que c’est possible, j’espère donc que nous verrons plus de patineurs noirs faire du patinage artistique ». Depuis que les jeux Olympiques d’hiver existent, il n’y a eu que deux patineuses noires en compétition solo : l’Américaine Debi Thomas, qui a eu la médaille de bronze en 1988 aux Jeux de Calgary (première noire médaillée aux JO d’hiver) et la française Surya Bonaly en 1992, 1994 et 1998. Du côté des patineurs noirs, en dehors de Yannick Bonheur, on retrouve le métis allemand Robin Szolkowy (de père tanzanien) qui a gagné la médaille de bronze avec sa partenaire Aliona Savchenko.

S’ils continuent sur cette lancée, Yannick et Vanessa offriront certainement à leurs fans une médaille pour les prochains JO de 2014.

 Voir les photos de leurs représentations à Vancouver