Une trentaine de civils tués dans le Nord-Est du Nigeria

Nigeria police
Police du Nigeria

Une attaque menée par des djihadistes en représailles contre un raid de l’armée nigériane a coûté la vie à trente personnes, dans le Nord-Est du pays. L’assaut est attribué aux djihadistes de l’organisation Etat islamique en Afrique de l’Ouest.

En raison de la mauvaise qualité du réseau de communications, l’attaque djihadiste, perpétrée au Nigeria, samedi dernier, n’a été rendue publique que ce mardi 24 mai. Les assaillants avaient pris le soin de détruire plusieurs relais de télécommunication dans la région, pour isoler cette partie et commettre leur forfait sans risque de se faire surprendre par des renforts. L’attaque serait l’œuvre des djihadistes de l’organisation Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap),

Babakura Kolo, chef d’une milice dans la capitale régionale Maiduguri, a confié à l’AFP que les trente personnes qui ont perdu la vie dans cette attaque étaient des ferrailleurs qui se trouvaient dans la région, notamment le village de Mudu, dans l’Etat de Borno, près de la frontière avec le Tchad. Ils étaient «à la recherche de véhicules calcinés». Lesquels engins hors d’usage sont nombreux dans les villages du Nord de Borno en raison des récurrentes attaques terroristes, a-t-il poursuivi.

Umar Ari, un autre chef de milice, a indiqué à l’Agence France Presse que l’Iswap reproche aux ferrailleurs d’avoir renseigné l’armée sur leurs positions dans la région. Il a précisé que «les trente hommes ont eu la malchance de se trouver dans le secteur au moment où les terroristes pleuraient la mort de leurs deux commandants tués dans une opération militaire».

Les ferrailleurs seraient venus des camps de déplacés, qui dépendent exclusivement de l’aide alimentaire. Pour faire face à la conjoncture et améliorer leurs conditions de vie, ces personnes sont parfois obligées de trouver des ressources additionnelles. Ce qui les poussent à s’éloigner de leur base à la recherche de bois ou de ferraille à revendre. A noter que d’autres sources font plutôt état de 50 personnes tuées dans cette attaque djihadiste.

A lire : L’armée nigériane sécurise ses frontières avec le Niger