Une résolution de la crise libyenne entre Maroc et Algérie

Les pourparlers entre les différents protagonistes de la crise en Libye vont se poursuivre ce mardi dans la capitale algérienne, Alger, en vue de signer un cessez-le-feu et de former un gouvernement de coalition. Le Maroc avait accueilli une réunion samedi, parrainée par l’ONU, réunissant les représentants des deux gouvernements libyens concurrents.

Le dialogue inter libyen débuté mi-janvier à Genève en Suisse va se poursuivre mardi à Alger, a annoncé le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. Le Maroc avait accueilli une réunion des représentants des deux gouvernements de Libye samedi dernier, parrainée par la mission de l’ONU dans le pays.

La médiation algérienne optimiste

« Nous sommes raisonnablement optimistes, et travaillons pour que le dialogue entre les frères libyens aboutisse au règlement de la crise que vit la Libye », a indiqué Ramtane Lamamra. « Nous espérons que la rencontre d’Alger sera un sursaut collectif de nos frères et soeurs libyens vers un accord, un consensus national sur la création d’un gouvernement d’union nationale et également sur les arrangements de sécurité qui permettront au pays d’évoluer et d’aller vers la constitution, des élections dans le calme et la sérénité, la sécurité et la stabilité », a-t-il précisé, rapporte APS.

Près d’une quinzaine de dirigeants politiques, des chefs de partis et des militants de premier plan en Libye sont annoncés dans la capitale algérienne. Le choix d’Alger a été décidée par la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), selon l’Algérie.

« Progrès notables » au Maroc

La mission onusienne en Libye avait parrainé samedi dernier une réunion entre les représentants des deux parlements libyens rivaux, celui de Tobrouk, à l’est du pays reconnu par la communauté internationale et celui de Tripoli dominé par les frères musulmans.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar et l’émissaire de l’ONU, Bernardino Leon, étaient présents pour cette réunion. Le diplomate onusien avait fait état de « progrès notables », à l’issue des discussions. Les différentes parties au prise à un conflit sanglant en Libye depuis plusieurs mois se retrouvaient samedi pour la première fois face à face dans la ville marocaine de Skhirate, près de Rabat.