« Une rencontre » (amoureuse) : Et si… par Lisa Azuelos

Dans le genre comédie romantique, Lisa Azuelos pouvait-elle faire mieux ou tout aussi bien que « Comme t’y es belle » ? La réponse est oui : « Une rencontre », avec Sophie Marceau et François Cluzet, qui sort ce mercredi dans les salles est une expérience comparable. L’hypothèse amoureuse soumise au spectateur est assez convaincante.

Quand on a beaucoup aimé son premier film Comme t’y es belle (2006) (qu’on se repasse en boucle régulièrement), on est tenté de se ruer au cinéma pour découvrir la nouvelle comédie romantique de Lisa Azuelos, Une rencontre, qui sort ce mercredi. Une réserve cependant : on se demande si François Cluzet ferait un « prince charmant » convaincant…

Bref, la vie continue, on va au travail et on lit A nous Paris qui note que la mine inquiète de François Cluzet ne dessert pas son personnage, Pierre Soral. La journée s’écoule et on ne sait pas trop pourquoi, on atterrit à la Défense. Plus tôt, on s’était promis de faire une Toile à plusieurs durant cette rare soirée de liberté… Finalement, ce sera en solo et Ô miracle, Une rencontre passe en avant-première. Vite (heureusement qu’il y a la pub pour les cinéphiles retardataires), vite ! Ravitaillement en pop corn et nous voilà dans une sale obscure….

Pierre Soral donc, alias François Cluzet, est avocat pénaliste. Marié et bien amoureux de sa compagne incarnée par Lisa Azuelos, il rencontre au salon du livre de Rennes l’écrivaine Elsa, interprétée par Sophie Marceau. C’est le coup de foudre mais la relation est difficilement envisageable parce que notre héroïne ne fait pas dans l’homme marié. Ces prérequis narratifs établis, on se demande qui est la « pauvre » femme qui a désormais pour rivale le personnage de la sculpturale Sophie Marceau… Et c’est Lisa Azuelos (dont ne se souvenait d’ailleurs plus du visage) qui s’y est collé. Bonne idée !

Une rencontre : l’hypothèse du coup de foudre traître

L’impasse amoureux dans lequel la réalisatrice plonge ses personnages est d’une acuité captivante. On en a presque mal pour eux et ils ont l’air si amoureux qu’on a l’impression d’être des voyeurs. C’est émouvant, intense et surtout bien interprété. François Cluzet et Sophie Marceau rendent subtilement compte de cette relation amoureuse impossible en écho aux multiples effets de réalisation de Lisa Azuelos (ils avaient raison dans « A nous Paris ») qui soulignent l’imagination débordante des amoureux et leur rêve d’amour. Une rencontre (vu d’ici, Pathé devrait continuer de bien l’accueillir en réponse à la question d’un article) vient effectivement de rencontrer son public. Et quand Sophie Marceau chante comme la géniale Valérie Benguigui, trop tôt disparue, dans Comme t’y es belle, l’émotion transperce la Toile. L’hommage est là et il a toute sa place. Surtout, rappelons-le, quand Comme t’y es belle fait figure de référence.

Au final ? Une rencontre est un joli film (oui !), la plus belle comédie romantique que s’offre peut-être Sophie Marceau qui s’en est fait une spécialité ces dernières années, et une belle leçon amoureuse. Comme t’y es belle ne sera jamais détrôné mais Lisa Azuelos est définitivement devenue une référence française en matière de comédie romantique. Un genre pour lequel le cinéma hexagonal n’est pas toujours à son top ! Le secret de la cinéaste ? Peut-être le fait de savoir raconter si bien ses contemporaines, faire état de leurs psychés, de leur travail et de leur quotidien, de leurs maris, de leur(s) enfant(s) et surtout de leurs amours.

Une Rencontre

Une rencontre de Lisa Azuelos

Avec Sophie Marceau, François Cluzet et Lisa Azuelos

Sortie française : 23 avril 2014