Une pour toutes, et toutes pour la danse !

Le vendredi 5 juin 2009 la Compagnie Ambre (Anouk Hingant, Yasmine Louati, Marilyne Giorno) représentait pour la dernière fois de la saison à Paris son spectacle Escales orientales. Dépaysement et plaisir assurés.

Quand je suis arrivé au théâtre de la Reine blanche où était programmé Escales Orientales, j’ai eu la surprise de constater qu’une foule se massait déjà devant la salle. J’avais pourtant une bonne demi-heure d’avance, mais visiblement le bouche-à-oreille avait bien fonctionné – il s’était dit que la salle serait pleine pour cette dernière représentation avant l’interruption estivale. Elle l’était à tel point que le spectacle a pris un peu de retard pour permettre le placement de tous.

Un voyage dansé en liberté

Une salle comble que les danseuses ont conquise dès leur entrée sur scène et pendant toute la durée de « ce voyage dansé en toute liberté » à travers l’Orient (tel est le sous-titre d’Escales orientales).
C’est à une traversée métissée du bassin méditerranéen (et même au-delà d’ailleurs) que la Compagnie Ambre nous a conviés, passant de l’Egypte à la Turquie, du Maghreb à l’Inde, des Balkans au Moyen Orient.

Au métissage des musiques, s’ajoute celui des costumes, que les danseuses ont elles-mêmes créés, qui impressionnent par la diversité de leurs couleurs chatoyantes et leurs matières fluides et superposées. Je me suis laissé embarquer avec délices dans ce spectacle où la virtuosité technique, toujours mise au service de la danse, le dispute à l’humour, à la joie, à la générosité avec lesquels ces trois danseuses chorégraphes, aux styles différents et complémentaires, abordent leurs solos, duos et trios.

Métissage joyeux et coloré

Chose rare dans ce domaine : les créations chorégraphiques sont collectives, à l’exception des solos, ce qui en dit long sur la complicité des artistes, aucune ne tirant la couverture à elle. Une pour toutes et toutes pour la danse ! Puisant leur inspiration à différentes sources, elles font leur miel d’un Bollywood, d’un tzigane turc traditionnel ou d’un égyptien contemporain avec un égal bonheur et donnent toute la mesure de leur style personnel : les arabesques fluides d’Anouk aux bras longilignes, les tremblements impressionnants de Yasmine sur des percussions endiablées, la vivacité et la grâce de Marilyne qui semble parfois voler d’un bout à l’autre de la scène.

Les duos et les trios sont autant de moments de bonheur partagé entre elles et avec le public qui a applaudi à tout rompre chaque morceau. La salle était gagnée par le plaisir, le bonheur que lui procurait le spectacle. Les danseuses ont été rappelées sur scène, bissées. Escales Orientales est un spectacle dont on sort heureux… et en ayant envie de danser !

Prochaines représentations :
Samedi 28 novembre 2009 à 21h
Samedi 6 février 2010 à 21h
Samedi 27 mars 2010 à 21h
Samedi 5 juin 2010 à 21h

Au théâtre de la Reine Blanche – 2bis, passage Ruelle – 75018 Paris
Tel : 01 40 05 06 96 (réductions étudiants, chômeurs, intermittents, mineurs, personnes âgées, habitants du quartier)

Places en vente au théâtre, à la fnac (www.fnac.com) et carrefour
Tarifs : de 13 à 20 euros