Une place « Mohamed Bouazizi » à Tunis

La municipalité de Tunis a rebaptisé jeudi la place du 7 Novembre 1987, la plus importante de la capitale, « Mohamed Bouazizi », dont l’immolation par le feu a déclenché la « révolution du jasmin » qui a conduit à la chute du régime le 14 janvier du président Ben Ali, rapporte Le Figaro. Ce jeune chômeur diplômé, symbole du mal-être de la jeunesse tunisienne, avait tenté de mettre fin à ses jours le 17 décembre à Sidi Bouzid, dans le Centre-Ouest du pays, pour protester contre la confiscation de son étal de fruits et légumes. Il a succombé à ses brûlures le 4 janvier.