Une filiale d’Areva va exploiter une nouvelle mine d’uranium en Namibie

La troisième mine d’uranium de la Namibie, Treokkpje, entre en activité en juillet, et la compagnie UraMin, filiale d’Areva, qui va l’exploiter espère procéder à ses premières exportations en 2009.

La firme UraMin, propriétaire de la mine de Treokkpje, indique que 290 millions de dollars US environ seraient injectés dans ce projet de troisième mine d’uranium de la Namibie pour qu’elle produise le précieux minerai.

Le directeur général de UraMin, Bert Leathely, a déclaré à un hebdomadaire économique local, The Economist, que la compagnie tablait sur une production de 8,5 millions de livres d’oxyde d’uranium et pourrait largement dépasser les deux mines existantes en termes de production.

La Namibie abrite déjà la mine d’uranium Rossing exploitée par Rio Tinto, qui existe depuis trois décennies, tandis que la mine Langer Henrich, propriété d’une firme australienne, est en activité depuis 2007.

Alors que Langer Heinrich a fixé un objectif annuel de production de 7 millions de livres d’uranium, Rossing produit 4.500 tonnes de yellow cake (uranium transformée en poudre jaune), représentant environ 8 pour cent de la livraison globale d’uranium.

Selon M. Leathley, la société UraMin négociait actuellement avec la société nationale d’électricité, NamPower, pour obtenir un accord de fourniture d’électricité pour la nouvelle mine. En décembre dernier, UraMin annonçait la signature d’un accord avec la société nationale de distribution d’eau, NamWater, relatif à la construction d’un pipeline et d’un ouvrage de captage d’eau de mer pour un montant de 40 millions de dollars US, destiné à acheminer l’eau de l’Océan Atlantique vers la mine.

L’eau produite par l’usine de désalinisation servirait également à un usage résidentiel dans la région semi-aride d’Erongo.

Une fois opérationnelle, la mine de Treokkpje pourrait faire partie des 10 plus grands producteurs d’uranium dans le monde.

La société UraMin a été achetée par le géant français du nucléaire, Areva, en 2007, qui a en particulier des intérêts au Niger.