Un tunnel sous-marin entre l’Espagne et le Maroc

Les autorités espagnoles et marocaines souhaitent construire un tunnel ferroviaire sous-marin entre les deux pays. Le démarrage des travaux est prévu pour 2008. En attendant les résultats d’une étude de faisabilité, le coût total du projet est estimé à trois milliards d’euros.

De notre partenaire L’Economiste

Le tunnel sous-marin maroco-espagnol «sera au 21e siècle ce que fut le canal de Suez au 19ème siècle et celui de Panama au 20e siècle», a déclaré Francisco Alvarez Cascos, ministre espagnol du Développement. En effet, le projet du tunnel de liaison entre les deux voisins, dont les premiers jalons avaient été posés dans les années 1980 vient d’être relancé. C’est la réunion de haut niveau maroco-espagnole, tenue les 8 et 9 décembre à Marrakech qui a repris le projet. Cette liaison fixe entre Tanger et Tarifa nécessistera un investissement de plus de 3 milliards d’euros, selon les estimations de Francisco Alvarez Cascos.

Comment ce coût a été calculé? Le ministre s’est essentiellement basé sur le coût de la variante ferroviaire qui nécessitera 1,8 milliard d’euros.Cette estimation n’est pas encore définitive, car le projet pourrait facilement coûter davantage. C’est plus qu’une simple liaison entre le Maroc et l’Espagne. D’ailleurs, le ministre espagnol parle d’un «défi à relever par l’ingénierie marocaine, espagnole et internationale». Lors de la rencontre entre le ministre de l’Equipement Karim Ghellab et Alavarez Cascos, il a été procédé à l’approbation du plan d’action pour la période 2004-2006. Dotée de 27 millions d’euros, cette période sera consacrée à l’étude de faisabilité. La réalisation de ces études sera assurée par la Société nationale des études du détroit (SNED-Maroc) et la Société espagnole de la communication fixe (SECEGSA-Espagne).

27,7 km sous la Méditerranée

Le plan d’action prévoit le démarrage de la campagne de forage pour l’automne 2004. La totalité des informations techniques et socio-économiques sur le projet devront être disponibles en 2008. C’est à travers une aide de la Commission européenne que le projet devra être réalisé par la suite.
Inspiré du tunnel qui traverse la Manche entre la France et l’Angleterre, ce projet doit relier le Nord du Maroc au Sud de l’Espagne par une double voie ferroviaire et une galerie de service de 38,7 km de long, dont 27,7 km sous la Méditerranée, à une profondeur d’environ 400 mètres.

Le tracé et la profondeur définitifs seront déterminés en fonction des études géologiques et géotechniques du sous-sol. La route choisie a priori est celle qui reliera Punta Paloma (Espagne, Tarifa) à Punta Malabata (Tanger). Ce n’est pas la plus courte mais elle présente l’avantage d’être moins profonde que la route entre Punta Canales (Espagne) et Punta Cires (Maroc), longue d’à peine 14 km, mais à 900 mètres de profondeur. Cette œuvre est considérée par les responsables comme «une des initiatives stratégiques de grande importance, non seulement en termes bilatéraux mais aussi en terme supra-continentaux» entre l’Europe et l’Afrique.

Houda BENBOUYA