Un spectacle métis Afro-péruvien à l’Unesco

Sol Negro Project se produit le mardi 22 octobre prochain à la Maison de l’Unesco à Paris. Ce spectacle explore différents aspects de la culture péruvienne, et surtout la musique afro-péruvienne, résultat d’un long métissage entre des racines profondément africaines et des influences espagnoles et andines.

La musique afro-péruvienne, douce et rythmique, où guitares et percussions se répondent, se pratique surtout sur les côtes du Pérou. Sol Negro Project mêle ces rythmes noirs à des danses et des costumes qui sont plutôt d’origine andine, tout comme les masques spectaculaires que portent les danseurs.

Ouvert – et fermé – par les ukukus, créatures mi-hommes mi-ours portant un masque blanc, le spectacle Sol Negro Project transporte le spectateur dans un univers à la fois mythique et onirique, où évoluent démons et animaux, anges et héros, où les dieux et les humains se confondent, où la nuit elle-même devient personnage. Loin du folklore, les personnages sont issus des traditions séculaires aussi bien andines qu’africaines.

Une chanteuse, quatre danseurs et cinq musiciens

Sol Negro Project est monté à partir des chansons composées par Chabuca Granda, un  » monument  » de la musique péruvienne. Disparue en 1983, cette auteur-compositrice et interprète a ciselé sous forme de vals, zamacueca et tondero des pages vibrantes d’amour, de tendresse et de sensualité mais aussi de désespoir. Mario Vargas Llosa disait d’elle :  » Elle a donné à la musique péruvienne une distinction et une grâce qui l’ont fait connaître au-delà de nos frontières « .

La troupe de Sol Negro Project, qui se produit depuis deux ans sur la scène internationale, a notamment représenté le Pérou au Festival des Racines noires qui s’est tenu à Gorée, au Sénégal, en 2000. Elle se compose d’une chanteuse, de cinq musiciens et de quatre danseurs.

Sol Negro Project est associé au projet de la Route de l’esclave de l’UNESCO, qui explore les causes et conséquences de la traite négrière dans les trois continents concernés : Afrique, Europe, Amériques.

A lire aussi

Tania Libertad: la diva péruvienne chante ses racines africaines.

Sol Negro Project

22 octobre, 20 h, Salle I, Maison de l’UNESCO

125, avenue de Suffren, 75015 Paris

Réservation : ticketnet, 08 92 69 70 73