Un site consacré à Bolya Baenga

Un fond noir, des couvertures de livres, et des photos. Le site éponyme de Bolya Baenga est sobre, sans fioriture. Il retrace l’œuvre de l’écrivain congolais, Grand prix de l’Afrique noire en 1986.

« Désiré Pierre Bolya Baenga n’est pas mort : il est décédé prématurément à 53 ans ». Un message brut et sans appel délivré aux internautes sur le site de l’écrivain congolais. Natif de Kinshasa, ancien élève de Sciences-Po Paris, il avait voué sa vie à l’écriture. Il avait publié de nombreux livres, parmi lesquels Afrique, le maillon faible et La profanation des vagins, un essai et un roman parus respectivement en 2003 et 2005 aux éditions Le serpent à plumes. En fin connaisseur du continent et du monde, il était également un collaborateur régulier d’Afrik.com.

Sur le site, les couvertures de ses œuvres et ses articles côtoient les messages d’adieu de ses amis et confrères, l’écrivain Alain Mabankou et l’historien Elikia Mbokolo. Des hommages poignants qui révèlent la personnalité de Bolya Baenga. Un écrivain tourmenté, doté d’une sensibilité exacerbée. En flânant dans les différentes rubriques, photos, biographies, essais… on s’aperçoit de l’étendue de son œuvre, trop vite interrompue.

 Le site de Bolya Baenga

Lire aussi :

 L’ultime départ de Bolya