Un Salon ouvert sur le monde

9ème édition de la Semaine de la Solidarité Internationale du 11 au 19 novembre 2006 : zoom sur la manifestation organisée à Paris dans les jardins du Ministère délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie.

Partout dans le monde, la Semaine de la Solidarité Internationale constitue du 11 au 19 novembre 2006 l’occasion de mettre en avant les multiples actions de solidarité qui se nouent entre les pays, portées par des associations, des entreprises, des structures locales, des individus parfois, des Organisations Non Gouvernementales, des structures d’enseignement et de recherche…

Un engagement novateur

Pour la première fois, le Gouvernement français s’engage dans cette Semaine de la Solidarité, en organisant à Paris, au 45 boulevard des Invalides, un « Salon de la Solidarité Internationale » qui réunira de multiples acteurs du développement solidaire, de la lutte contre la faim, de l’action sanitaire et médicale internationale.

Le Salon sera symboliquement inauguré vendredi 17 novembre à 11h00 par la Ministre française déléguée à la Coopération, au Développement, et à la Francophonie, dans les jardins de son Ministère. Il comprendra notamment une vingtaine de stands ouverts aux organisations qui agissent dans le domaine de la solidarité internationale, et permettra aux visiteurs d’en rencontrer les acteurs…

Créer un mouvement dans la jeunesse

La générosité n’a pas d’âge, mais l’engagement, la disponibilité, la capacité à se mettre en danger et de prendre des risques sans souci de carrière, ce sont d’abord les atouts de la jeunesse! C’est pourquoi le Salon se veut un moment de mobilisation solidaire. 3 tables-rondes seront organisées : vendredi 17 à 15h, « Les jeunes et le volontariat » ; puis samedi 18 à 11h00 « L’engagement des jeunes dans la solidarité internationale » ; enfin à 15h00 : Les jeunes et le co-développement ».

Trois tables-rondes pour un seul but : susciter des vocations, des engagements, des envies d’accomplissement personnel par l’action solidaire. Juste logique des choses, la Ministre remettra vendredi à 11h00, les Prix « Chantiers Jeunes 2006 », récompensant les meilleurs chantiers de solidarité réalisés pendant l’année écoulée.

Dépasser l’action des Etats

En ce début de troisième millénaire, la mondialisation des communications et des économies oblige la solidarité interntionale à dépasser l’action des Etats : désormais, nos contemporains sont tous concitoyens d’une même terre, et ils ne peuvent plus comprendre les inégalités de conditions de vie qui séparent les pays ou les continents.

La solidarité répond à un besoin profond, réel, de fraternité humaine, par delà les différences culturelles, qui peuvent être profondes. De grands pays peuvent-ils aujourd’hui se rêver prospères à l’abri de murs d’enceinte semés de miradors, derrière des barbelés?… Mais un enfant qui meurt de faim a toujours le même regard d’incompréhension et de détresse, que ce soit au Sahel ou dans une province reculée d’Asie, ou encore dans les favellas d’Amérique du Sud. Et le nombre des hommes qui souffrent de la faim a augmenté au cours des dernières années, pour dépasser les 800 millions d’humains, ainsi que la FAO vient encore de le rappeler.

L’ampleur des défis dépasse largement les moyens aujourd’hui mobilisés. Ce n’est pas une raison pour baisser les bras, c’est une raison pour se retrousser les manches. Tous, là où nous sommes. Là où nous pouvons être utiles.

La générosité est une idée neuve!

Comment ne pas voir qu’en ce début de 3ème millénaire, la générosité reste une idée neuve! Afrik.com s’est engagé résolument dans l’Alliance française contre la Faim et soutient l’action de la FAO pour améliorer la sécurité alimentaire. Au-delà des mots, il faut parfois des actes.

L’idée du Salon de la Solidarité Internationale sera de proposer à ses visiteurs une multitude de rencontres avec ceux qui pratiquent jour après jour l’action de solidarité internationale: par la présentation de la diversité des expériences possibles, il s’agit de fournir des réponses adaptées à tous les désirs d’engagement qui pourront s’exprimer. Il y a tant de pistes pour agir, dès aujourd’hui!

« Tu ne possedes que ce que tu donnes » : le sens de l’engagement solidaire n’est pas à chercher ailleurs que dans cette conviction, souvent exprimée par les acteurs de la solidarité : la bonne manière d’exister, c’est peut-être de sentir que l’on sert à quelque chose, et que l’on contribue, à la mesure de son action, à donner plus de fraternité au monde contemporain. Le reste n’est peut-être que du temps perdu, de la vie gaspillée.