Un réseau social dédié à Nelson Mandela


Lecture 2 min.
arton32956

Le héros de la lutte anti-apartheid dispose désormais de son propre réseau social sur internet. Deux de ses petits-enfants ont créé la plateforme mandela.is. Quel est le but de ce réseau social ?

Après des noms de rue, des fondations portant son nom, Nelson Mandela a droit désormais à son propre réseau social sur internet. Deux de ses petits-enfants ont créé la plateforme mandela.is sur laquelle les visiteurs peuvent laisser des messages, poster des photos ou partager des pensées, avec pour objectif d’étendre l’aura de Mandela.

Manifestation de dévotion ou moyen de se faire de l’argent ?

Le principal objectif de ce réseau social est de diffuser à travers le monde entier le message de paix et de tolérance du héros de la lutte anti-apartheid. Comme l’explique un de ses petits-fils, Ndaba Mandela, à l’origine de cette initiative , « les gens peuvent raconter ce que Mandela les a incités à faire, comment il les a encouragés à rendre service à leur communauté ». Lancé en mars 2013, le site hébergé en Islande compte actuellement plusieurs milliers de membres. Parmi eux, un journaliste nigérian de 28 ans, Kukogho Samson, qui y poste ses poèmes ou encore Kathleen Ndongmo, une chef d’entreprise camerounaise de 34 ans, qui parle de justice en Afrique condamnant les mariages forcés d’enfants au Nigeria et la corruption en Guinée.

Certains voient dans cette initiative, un moyen de se faire de l’argent sur le dos de Mandela. Pour le petit-fils de Nelson Mandela, cette plateforme est une « entreprise comme n’importe quelle autre ». Il ne cache d’ailleurs pas son désir de tirer des bénéfices du site, dont une partie pourrait financer la fondation Africa Rising, un organisme à but non lucratif qui veut encourager l’innovation et le développement en Afrique.

La conception de mandela.is s’inspire du réseau social little monsters, dédié à Lady Gaga, mis au point par la start-up de la Silicon Valley, Backplane, qui est aussi associée au développement de mandela.is. Près d’un million de personnes s’y sont inscrites, mandela.is espère avoir le même succès.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter