Un nouveau foyer de grippe aviaire confirmé au Niger

Un nouveau foyer de grippe aviaire vient d’être confirmé au Niger, dans un village situé à 700 km à l’est de Niamey, la capitale. C’est le quatrième foyer de ce type à être déclaré dans le pays depuis le mois de février dernier.

Un nouveau foyer de grippe aviaire vient d’être confirmé au Niger, dans le village de Boko Mai Gao, à 700 km à l’est de Niamey, trois mois après la déclaration des premiers cas de la maladie dans le pays, selon le réseau Santé animale au Niger (Sani). « Le laboratoire de référence de Padoue (Italie) vient en effet de confirmer la présence du virus Influenza de sous-type H5N1 sur les prélèvements réalisés à Boko Maigao, commune de Gabi, département de
Madaroumfa », précise le Sani dans un communiqué reçu par la Pana. C’est le quatrième foyer confirmé de la maladie au Niger après ceux confirmés le 27 février dernier à Magaria-ville, Gallawa Riga et Dan Bardé, tous trois situés dans le département de Magaria, dans la région de Zinder.

Comme à Magaria, les mesures de police sanitaire déjà en place (interdiction des marchés et du commerce des volailles, contrôles routiers et épidémio-surveillance renforcée dans la commune de Gabi et les communes voisines) seront complétées la semaine prochaine par les mesures d’abattage sanitaire des volailles encore vivantes à Boko Maigao et dans les deux localités voisines de Tabadama et Najiko, ajoute le Sani.

17 000 volailles abattues

Depuis l’apparition, début mai, de morts de volailles à Boko Maigao, une surveillance active s’est mise en place autour du foyer, en dépit des moyens de fortune dont disposent les services
vétérinaires locaux. En avril dernier, 17 781 volailles avaient été abattues et une somme de 18 871 650 Fcfa versée en guise d’indemnisation aux quelque 15 000 éleveurs touchés par l’opération dans la région de Magaria. Ces derniers ont été indemnisés sur la base d’un arrêté fixant la valeur marchande de chaque espèce de volaille.

Ainsi, la poule locale est indemnisée à 1 000 Fcfa, la pintade locale à 1 500 Fcfa, le poussin local à 200 Fcfa, la poule de race à 2 000 Fcfa, le poussin de race à 500 Fcfa, le pigeon à 250 Fcfa, le canard à 2 000 Fcfa, la dinde à 6 000 Fcfa, le paon à 25 000 Fcfa, l’oie à 25 000 Fcfa et l’autruche à 200 000 Fcfa. L’opération d’abattage, qui a duré trois jours, a nécessité 25 équipes déployées dans les 47 villages du périmètre infecté de Magaria.