Un journaliste congolais privé de travail en France

texte_officiel.jpg

Un Master 2 en journalisme et une promesse d’embauche n’ont pas permis à Trésor Kibangula de régulariser sa situation. Arrivé en France en 2010, le jeune congolais est diplômé en mai 2012 de la prestigieuse Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille. A la fin de ses études, il occupe un stage à la rédaction Internet de France 24, avant d’être rappelé par Jeune Afrique où il a effectué un mois de stage. On lui propose alors un CDD, mais il ne peut occuper ce poste puisqu’il se trouve sous statut étudiant. Et le passage au statut de travailleur s’avère être un calvaire.

C’est décidément un parcours du combattant de devenir journaliste. Trésor Kibangula en a fait l’amer expérience. Ce jeune congolais, arrivé en France en 2010, est diplômé de la prestigieuse Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille. Sorti de cette grande école, il travaille comme stagiaire pour la rédaction en ligne de France 24, avant d’être rappelé par la rédaction où il a effectué un mois de stage. Malgré une promesse d’embauche, dans le cadre d’un CDD, il ne peut pas occuper le poste car la Direction régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l’emploi lui oppose un refus de régularisation de situation. Et pour cause, « la situation de l’emploi est défavorable ».

texte_officiel.jpg

« La rédaction où j’ai effectué mon apprentissage me rappelle pour un CDD, mais je ne peux pas bosser car je suis sous statut étudiant. Elle m’a rédigé une promesse d’embauche pour régulariser ma situation », confie Trésor Kibangula à Afrik.com. « On a monté un dossier complet avec tous les éléments à fournir. Mais la Direction régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l’emploi m’a posé un refus, car elle ne comprenait pas pourquoi vouloir embaucher un étudiant étranger alors que le marché du travail, particulièrement dans le journalisme, est saturé », nous précise ce journaliste congolais qui risque de se retrouver en situation irrégulière le 17 novembre.

Ses amis et proches lui ont alors créé un blog et font circuler une pétition pour lui apporter leur soutien. Sur cette interface, des témoignages en sa faveur sont aussi publiés.

Témoignage d’un ancien professeur

J’ai croisé Trésor Kibangula lors d’une session de formation à l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) et ai ensuite eu l’occasion de travailler à nouveau avec lui, notamment pour un dossier sur l’excision en Afrique pour le site Internet Jeune Afrique. J’espère qu’il pourra exercer son travail où il le souhaite et où l’information le mènera.

Alexandre Léchenet
Intervenant à l’ESJ
Datajournaliste au Monde

Trésor Kibangula a jusqu’au 17 novembre, pour faire appel du refus de sa demande de régularisation. L’étudiant a ainsi pris ses dispositions en engageant plusieurs recours. « Ma rédaction m’a présenté un avocat spécialisé en Droit des étrangers. Le 12 novembre, on va déposer un recours gracié auprès de la Directon régionale des entreprises de la concurrence du travail et de l’emploi, un deuxième recours contentieux au Tribunal administratif de Lille, et enfin un recours hiérarchique au Ministère de l’Intérieur », rapporte à Afrik.com ce jeune congolais. S’il n’obtient pas gain de cause, il sera donc obligé de quitter le territoire français.