Un journaliste agressé et enlevé au Kenya, sa source assassinée

Les autorités kényanes devraient mener une enquête approfondie et traduire en justice les responsables des agressions et des enlèvements du journaliste Barrack Oduor du Daily Nation le 3 septembre et la mort de sa source, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

Oduor a déclaré qu’il travaillait sur une histoire à propos d’une femme qui aurait été mise enceinte et abandonnée par un homme politique de premier plan dans le comté de Migori, dans l’ouest du Kenya. Oduor et la femme, étudiante à l’université Sharon Otieno, sont allées rencontrer Michael Oyamo, assistant personnel du gouverneur Migori Okoth Obado, qui devait répondre aux allégations. Quand ils se sont rencontrés, Oyamo a dirigé Otieno et Oduor dans un véhicule où leurs téléphones ont été confisqués. Tom Mshindi, rédacteur en chef du Nation Media Group, la société mère du Daily Nation, avec qui le CPJ a parlé, et plusieurs médias ont déclaré qu’ils avaient été agressés et que le journaliste avait réussi à s’échapper.

Le corps d’Otieno, enceinte de sept mois, a été trouvé hier gravement mutilé dans la forêt de Kodera, dans le comté voisin de Homa Bay. Son père a identifié son corps, selon les rapports du Daily Nation et de The Star. « Nous exhortons la police à mener une enquête approfondie et indépendante sur cette affaire et à traduire en justice les responsables des agressions et enlèvements de Barrack Oduor et la mort de sa source, Sharon Otieno« , a déclaré Muthoki Mumo, représentant du CPJ en Afrique subsaharienne. « La mort d’Otieno est extrêmement troublante et suggère que les ravisseurs du journaliste peuvent avoir voulu lui faire beaucoup plus de mal. »

Selon ses collègues, Oduor n’a pas encore retrouvé le téléphone confisqué par ses ravisseurs et les tentatives du CPJ pour rejoindre Oduor par l’intermédiaire des journalistes de la région de Nyanza, qui comprend les comtés de Migori et Homa Bay, ont échoué les 4 et 5 septembre. Dans un communiqué publié hier, le porte-parole du gouvernement national Eric Kiraithe a déclaré que les circonstances de la mort d’Otieno indiquaient clairement un meurtre et que l’enlèvement d’Oduor, « dans l’exercice de ses fonctions de journaliste » était « une tentative de meurtre« .

Nicholas Anyuor, un porte-parole du comté de Migori, a déclaré le 4 septembre au CPJ que le bureau du gouverneur n’avait pas été impliqué dans l’agression d’Otieno et Oduor. Le Daily Nation a rapporté hier qu’Otieno avait donné au journaliste « des informations sur l’affaire« . Oduor a déclaré au journal privé Standard qu’il enquétait sur une histoire «d’amour qui s’est mal terminé entre une étudiante et un politicien de premier plan». Le Standard a en outre indiqué que l’étudiante avait été mise enceinte par le politicien, sans le nommer.

Le Daily Nation a rapporté qu’Otieno a appelé Oduor le 3 septembre et lui a dit que l’assistant du gouverneur était prêt à se rencontrer pour discuter de l’histoire. Lorsque Otieno et Oduor ont rencontré Oyamo dans un hôtel de la ville de Rongo dans le comté de Migori plus tard dans la soirée, Oyamo a demandé un changement de lieu et a dirigé Otieno et Oduor vers un véhicule en attente qui avait déjà deux autres occupants, un conducteur et un passager au Daily Nation. Oduor, Oyamo et Otieno étaient assis sur la banquette arrière et le véhicule a roulé quelques mètres avant que Oyamo ne soit sorti et deux autres inconnus sont entrés, « prenant en sandwich » Otieno et Oduor entre eux alors que le véhicule partait, selon Mshindi.

Oduor a déclaré au Daily Nation que les deux hommes inconnus dans la voiture étaient initialement amicaux. Cependant, ils ont plus tard confisqué les téléphones d’Otieno et d’Oduor. À environ 70 kilomètres de Rongo, ils ont commencé à attaquer Oduor et Otieno, tentant d’étrangler le journaliste, selon la même source. Oduor a riposté, a réussi à ouvrir la porte de la voiture et a sauté du véhicule en mouvement. Mshindi a déclaré au CPJ que le journaliste avait subi des lésions aux genoux et aux mains. Un habitant de Nyangweso a conduit Oduor à un poste de police local et, plus tard dans la soirée, il a été transféré au poste de police de Kendu Bay, où il a enregistré une déclaration concernant l’incident, rapporte le Daily Nation. Le 4 septembre, le porte-parole du gouvernement du comté de Migori, Anyuor, a déclaré au CPJ que le bureau du gouverneur n’était pas au courant des agressions et des enlèvements jusqu’à ce qu’ils soient signalés par les sites d’information et que ces informations n’étaient qu’un « stratagème politique ». Lorsque le CPJ lui a demandé hier si le gouvernement du comté procédait à une enquête interne, Anyuor a déclaré qu’il avait décidé de laisser la police en charge de l’affaire.

Oyamo a été arrêté le 4 septembre dans le cadre de l’attaque contre Oduor et Otieno, et est détenu dans un poste de police à Homa Bay, selon les informations du Daily Nation et de The Star. Michael Barasa, chef de la direction des enquêtes criminelles de la région de Nyanza, a déclaré le 4 septembre au CPJ qu’il ne pouvait fournir aucune mise à jour de l’enquête, sauf pour dire que cela se poursuivait. Le directeur des enquêtes criminelles du Kenya, George Kinoti, a déclaré hier au journal Standard qu’une équipe de détectives avait été envoyée de la capitale, Nairobi, à Homa Bay pour aider à l’enquête sur le meurtre présumé d’Otieno. Kinoti a déclaré au Daily Nation que des déclarations clés avaient été recueillies auprès de témoins et que des suspects dans l’assassinat présumé d’Otieno étaient en attente d’arrestation, bien qu’il ait refusé de les nommer.