Un Ivoirien au pays de l’ivoirité

Le cinéma ivoirien traverse une grave crise financière et existentielle.  » L’ivoirité  » avance masquée dans le septième art. Portait de Monsieur cinéma ivoirien, Kitia Touré.

 » J’étais venu en France, le 6 octobre, pour le montage de mon dernier film avec toutes les autorisations possibles et imaginables. Tout s’est fait légalement. Le 20, à la veille des élections, un ami m’appelle pour m’informer que j’étais relevé de mes fonctions de directeur du cinéma et de l’audiovisuel ivoirien « , s’offusque Kitia Touré, réalisateur. Bienvenue au pays de l’ivoirité.

Le cinéaste ne comprend pas ce qui arrive à son pays.  » Je n’ose pas imaginer que j’ai été jeté dehors comme un voleur à cause de mon nom « . Le nouveau ministre de la Culture a promis de remettre à son poste Kitia Touré.  » Il me l’avait promis le 20 novembre dernier « . Depuis, silence radio. Il ne fait pas bon s’appeler Touré,  » un nom à consonance nordique « . Donc malien ou burkinabè. Le nouveau directeur était journaliste à la télévision ivoirienne.

Visionnaire et déterminé

Enseignant de cinéma à l’Université d’Abidjan, Kitia Touré a donné ses lettres de noblesse au cinéma ivoirien. Directeur de la Compagnie ivoirienne de cinéma et de l’audiovisuel (CIVCA) depuis six ans, il a contribué à sortir le cinéma ivoirien du marasme.  » C’est quelqu’un de déterminé qui sait ce qu’il veut. Ecrivain-cinéaste, Kitia est un visionnaire. C’est un ami « , explique son opérateur-chef français, François Kotlarski.

Dans la salle de mixage de la société parisienne  » Son pour son « , Kitia s’affaire pour finir les dernières touches de son film  » Cette négrillonne sept millions  » qu’il présente en compétition au Fespaco dans la catégorie téléfilms.  » Je travaille toujours en 35 mm. Je refuse la facilité. Si le pilote (Den’Ka, affaire d’enfant) trouve des financements, je pourrai sortir des copies cinéma « .

Le cinéaste ne tient pas en place. Entre deux questions, il se lève, vérifie la continuité sonore au montage.  » Excusez-moi, la scène est très importante. C’est là que le personnage explique que ses couilles remontent « . Devant la stupeur de son auditoire, il se lance dans une explication scientifique. L’auditoire est toujours médusé. Kitia Touré est aussi scientifique.  » Je mets toujours des éléments scientifiques dans mes films. Le cinéma sert aussi à passer des informations scientifiques « . Autre facette.

Kitia repart chez lui, à Abidjan. Ses étudiants l’attendent. Son bureau de directeur est occupé. Mais Kitia Touré continuera de faire du cinéma. Son cinéma. Ouvert et intelligent. C’est aussi cela la Côte d’Ivoire.