Un Boeing 737 kenyan s’écrase au Cameroun

Le contact a été perdu avec l’avion peu après son décollage de Douala. Il n’a jamais atteint Nairobi. 115 personnes étaient à bord.

C’est dans la nuit du 4 au 5 mai 2007 que le vol Abidjan-Douala-Nairobi, assuré par un Boeing 737 de la compagnie Kenya Airways, a disparu des écrans du contrôle aérien camerounais, peu après son décollage de Douala, et alors qu’il traversait, semble-t-il une zone particulièrement orageuse, ainsi qu’Afrik.com a pu l’apprendre auprès de l’ASECNA, l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique.

Au total 106 passagers, 8 membres d’équipage et un Ingénieur de vol se trouvaient à bord : parmi eux « 34 Camerounais, 7 Sud-Africains, les 9 Kenyans membres de l’équipage, six Nigérians et autant d’Ivoiriens, 3 Nigériens et un Egyptien, 15 Indiens, 6 Chinois, sept Européens, dont cinq britanniques, un Suisse, et un Suédois, un Américain et six autres personnes dont la nationalité n’a pas été établie voyageaient à bord de l’avion« , selon la compagnie. Aucun bilan n’est disponible dans l’immédiat, certains naufragés aériens ayant peut-être pu survivre à l’accident.

Les recherches se poursuivaient samedi 5 au matin et deux hélicopters militaires camerounais ont entrepris de ratisser la zone où l’avion aurait pu s’écraser, ou atterrir en urgence. Cette zone a été localisée avec une relative précision par un satellite qui a capté le signal de la balise de détresse de l’appareil aux alentours de 2 heures du matin.

Kenya Airways a aussitôt mis en place une cellule de crise à Embakassi, siège de la compagnie situé à proximité de l’aéroport international de Nairobi, et un centre d’informations pour les familles dans un grand hôtel de la capitale kenyane. La compagnie affirme que son appareil avait six mois et était « à jour en termes d’entretien« , et ses pilotes « à jour en termes d’entraînement« … Mais ces assurances n’enlèvent rien à la détresse et à l’angoisse des familles qui attendaient à Nairobi…

Photo copyright Touko Maksimainen, Nairobi : un Boeing 737 de la compagnie, photographié en janvier dernier.